s'inscrire / se connecter
Témoignage Barak

Après une licence de science politique en Israël, Barak GATENYO a décidé de partir en France pour suivre un master à Sciences Po. Il travaille aujourd’hui à l’Ambassade d’Israël à Paris.

 

  • Pourquoi avoir choisi d’étudier en France ?

Je rêvais depuis mes 14 ans d’aller vivre et étudier à Paris.  Je n’ai cependant jamais appris le français. Etudiant de licence en science politique à l’Interdiscplinary Center (IDC) de Herziliya, j’ai entendu parler du cursus de master en anglais à Sciences Po Paris. Je me suis lancé.

 

  • Qu'est-ce que tu as appris en France que tu n’aurais pas pu apprendre en Israël ? Quelles ont été tes difficultés ?

Lors de mes études en Israël, je travaillais parallèlement au ministère de la Défense. J’ai eu la chance d’obtenir une bourse Erasmus Mundus pour mon cursus en France. Ce financement m’a alors permis de me consacrer pleinement à mes études.  Cela a été une période très riche pour moi, intellectuellement et culturellement parlant. J’ai également pu bénéficier, grâce à Sciences Po, d’un logement à la Cité internationale universitaire de Paris. Ceci a grandement facilité mon arrivée en France. Le logement est, selon moi, la plus grande difficulté rencontrée par les étudiants internationaux.

 

  • Quelle influence ont tes études sur ton parcours professionnel ?

Ma formation en France m’a beaucoup apporté pour la suite de mon parcours professionnel.  La variété et la qualité des intervenants de mon programme de master, professeurs d’université et professionnels du terrain, m’ont beaucoup marqué. Je retiens en particulier la richesse des enseignements du Professeur Álvaro de Soto, diplomate et coordonnateur spécial auprès des Nations Unis pour le processus de paix au Moyen-Orient. Sélectionné pour le programme Rosenthal, en partenariat avec Sciences Po Paris, j’ai pu partir trois mois en stage au Congrès américain.

 

  • Selon toi, comment renforcer les relations franco-israéliennes dans le domaine de l’enseignement supérieur ?

Une mobilité étudiante sera réussie si l’étudiant a les moyens de se consacrer pleinement à ses études. L’accompagnement des étudiants arrivant en France est donc un élément clé. Mon expérience aurait été toute autre sans la bourse dont j’ai pu bénéficier et sans le logement que j’ai pu facilement obtenir à mon arrivée à Paris. J’ai également été accueilli à la Mairie de Paris pour une soirée en l’honneur des étudiants internationaux. Il est aussi très important que les établissements français proposent des cursus en anglais.

 

  • Que recommanderais-tu à un étudiant  israélien qui souhaite étudier en France ?

Une expérience d’études en France doit être vécue pleinement. Etudier en France, c’est assister assidûment aux cours mais c’est aussi saisir toutes les opportunités d’enrichir sa culture et ses connaissances. Parler aux professeurs en dehors des cours, assister à des conférences, découvrir la richesse culturelle de sa nouvelle ville d’adoption, mais aussi le pays dans sa globalité.

 

  • Quels liens entretiens-tu désormais avec la France ?

Je vis aujourd’hui à Paris et travaille pour l’ambassade d’Israël en France. Travailler en France est très différent que d’y étudier. J’essaye cependant de continuer à voyager un peu partout en France et à découvrir de nouvelles régions. Je me sens désormais chez moi à Paris. Les boutiques des rues Mouffetard et Montorgueil n’ont plus de secret pour moi. Mon degré d’intégration peut être mesuré par ma consommation de fromage, de miel et de moutarde (de Dijon) !