Initiée par la Commission européenne et soutenue par les ministères chargés de l’enseignement supérieur et de la culture, la Nuit européenne des chercheurs fait écho cette année à l’année européenne du patrimoine culturel. C’est pourquoi l’art narratif est à l’honneur : il s’agit cette année de mettre la recherche en histoire.

Transmettre des connaissances, c’est en quelque sorte raconter une histoire. Raconter la science et la recherche, dire des histoires de sciences, dévoiler des histoires de chercheures ou de chercheurs, ce sont des façons de faire qui vont toucher le plus grand nombre.

Grâce à de petits récits, des contes, mais aussi des animations (jeux, mises en scène, scénarios, énigmes), les chercheurs vont essayer d’impliquer leur public, d’éveiller leur curiosité et, pourquoi pas, de les passionner par leurs travaux !

Présente dans une douzaine de villes (Albi, Angers, Besançon, Bordeaux, Brest, Dijon, Le Mans, Limoges, Marseille, Paris, Saint-Denis de la Réunion, Toulouse), la Nuit européenne des chercheurs est partout différente. Selon les choix des organisateurs, les lieux sont seront multiples : universités, laboratoires, musées, lieux publics…

A noter que le thème choisi cette année invite particulièrement les chercheurs en sciences humaines et sociales (langue et littérature, histoire, art et archéologie, patrimoine) à participer à l’événement.

 

Pour en savoir plus : https://nuitdeschercheurs-france.eu