Inscription à la newsletter
s'inscrire / se connecter

Sites pays et partenaires

Membres :
0 200 500 1000 2000 5000 10000+
Actualités
Partager sur :

Investissements internationaux : 2021, année historique pour l'attractivité de la France

21 mars 2022 Affaires
Vue 285 fois

Le ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance publie le bilan 2021 de l’investissement international créateur d’emplois qui fait de 2021 une année record pour l’attractivité de la France. En 2021, 1607 projets d’investissement ont été enregistrés, soit une hausse de 32 % par rapport à l’année précédente qui était déjà une année record. Ces projets ont permis la création ou le maintien en France de 45 008 emplois, une augmentation de 30 % par rapport à 2020.

"Le niveau atteint est historique, la France n’a jamais été aussi attractive qu’en 2021". Car, comme l’écrit le ministère en charge de l’économie, en moyenne, 31 décisions d’investissement ont été recensées par semaine l’année dernière en France.

 

Des projets d’investissement venus de tous pays

 

Ces projets sont à l’initiative d’une soixantaine de pays différents, mais l’année 2021 est marquée, selon le ministère de l’économie, "par un renforcement significatif de l’attractivité de la France auprès des investisseurs européens" qui sont à l’origine de deux projets sur trois. Plus précisément, on observe que :

- l’Allemagne devient le premier pays investisseur en France, avec près de 300 projets, devant les Etats-Unis (247 projets) ;

- les Etats-Unis restent au premier rang en termes d’emplois (10 118 emplois contre 8 063 pour l’Allemagne) ;

- le Royaume-Uni est toujours l’un des grands pays investisseurs en France avec 151 projets recensés (pour 4 202 emplois), suivi par la Belgique et les Pays-Bas.

A noter aussi que ces projets répondent à des décisions de nouvelles implantations en France. Plus de la moitié de ceux-ci correspondent en effet à des créations, "signe de la confiance des investisseurs dans l’environnement d’affaires et les perspectives économiques de la France". Les extensions, qui sont également pour le ministère de l’économie "le signe de la confiance renouvelée des entreprises étrangères ayant déjà investi en France", représentent 44% des projets et près de la moitié des emplois. Ces extensions concernent principalement des sites industriels

 

Des projets pour une France industrielle

 

La réindustrialisation de la France est en effet une réalité ! C’est ainsi ce que souligne le ministère en notant le "niveau record" de projets d’investissement de type industriel. Chiffres à l’appui, en 2021, les projets industriels représentent 29 % des projets internationaux, soit 460 projets industriels d’origine étrangère qui ont été recensés en France l’année dernière, ce qui représente une augmentation de 49 %.

Ces projets, qui ont permis de créer ou de maintenir plus de 15 000 emplois, sont pour la plupart des extensions (et non des créations), des résultats qui "démontrent que le processus de réindustrialisation de l’économie française, engagée depuis plusieurs années, s’accélère en 2021 et que, loin d’avoir été entamée, la confiance accordée par les investisseurs internationaux au site France sort renforcée de la crise sanitaire".

En outre, ajoute le ministère, les projets d’investissement international profitent à l’ensemble du territoire puisque  "les entreprises sous contrôle étranger sont présentes et créent de l’emploi dans l’ensemble des régions de France". L’attractivité économique de la France est notable pour les grandes métropoles régionales, mais aussi pour les villes de taille plus modeste, dans la mesure où 43 % des investissements en 2021 se localisent dans des agglomérations de moins de 200 000 habitants

En ce qui concerne les secteurs les plus porteurs d’investissements internationaux, Business France relève :

- l’expertise médicale : la France est la première destination en Europe pour la localisation des projets de santé et il s’agit du premier secteur industriel pour les investisseurs étrangers en France ;

- l’agroalimentaire, secteur privilégié en temps de crise sanitaire : 77 projets et 1 500 emplois à la clé ;

- plusieurs autres secteurs ont également progressé comme l’automobile, le BTP, les services financiers ou encore la chimie.

 

Les raisons de l’embellie

 

Commentant ces chiffres, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, s’est félicité de "ces excellents résultats" qui témoignent "du succès de la stratégie d’attractivité déployée par le Gouvernement depuis 2017, au travers de réformes ambitieuses". Parmi celles-ci, le ministre cite :

- la réforme du marché du travail (rénovation du droit du travail qui « modernise les droits et les devoirs des salariés et des employeurs, tout en conservant ses fondations et ses principes ») ;

- la réforme de la fiscalité pour orienter l’épargne vers l’investissement productif et améliorer la compétitivité des entreprises ;

- les simplifications administratives pour accélérer les implantations en France, en particulier dans l’industrie.

Et le ministre de conclure que "ces efforts nous ont permis de devenir le pays le plus attractif d’Europe dès 2019, position que nous conservons depuis".

 

Pour en savoir plus : 

Le communiqué de presse du ministère de l'Economie, de la Relance et des Finances

Le site Invest in France

 

Crédit photo : ©stevanzz-stock.adobe.com




Commentaires

Ajouter un commentaire...