Inscription à la newsletter
s'inscrire / se connecter

Sites pays et partenaires

Membres :
0 200 500 1000 2000 5000 10000+
Actualités
Partager sur :

Journée internationale des droits des femmes : en marche vers l'égalité

08 mars 2022 Affaires
Vue 236 fois

La Journée internationale des droits des femmes, célébrée chaque année le 8 mars, est une journée de sensibilisation et de mobilisation pour les droits des femmes et l'égalité entre les femmes et les hommes. A cette occasion, partout en France et dans le monde, de nombreux événements sont organisés au cours d’une journée d’actions dédiées à la lutte pour les droits des femmes, l’égalité et la justice. Dans les établissements d’enseignement supérieur, de multiples initiatives sont également programmées, sous le signe de l’action et de la réflexion partagées.

Comme l’explique le site officiel d’informations Vie Publique, la Journée internationale des droits des femmes trouve son origine dans l'histoire des luttes ouvrières et des manifestations de femmes au début du XXe siècle, en Amérique du Nord et en Europe, pour réclamer de meilleures conditions de travail et le droit de vote. C'est en 1977 que les Nations Unies officialisent la Journée internationale des femmes, incitant ainsi tous les pays du monde à fêter les droits des femmes à la date du 8 mars. Quelques années plus tard, sous l'impulsion de la ministre déléguée aux droits des femmes de l’époque, la France reconnaît à son tour, en 1982, la date du 8 mars comme Journée internationale des droits des femmes

 

Un appel à l’action climatique

 

C’est l’Organisation des Nations Unies qui définit chaque année une thématique différente pour évoquer les droits des femmes. Pour illustrer l’édition 2022, le thème de l’égalité des sexes aujourd’hui pour un avenir durable a été retenu.

Ce thème a été choisi, précise l’ONU, "en reconnaissance de la contribution des femmes et des filles du monde entier qui mènent l’offensive quant à l’adaptation et la réponse aux changements climatiques, en faveur de la construction d’un avenir plus durable pour toutes les personnes". Car, ajoute le site de l’ONU Femmes, ce sont les femmes qui  "subissent les plus forts impacts de la crise climatique : celle-ci amplifie les inégalités existantes entre les sexes et met la vie et les moyens de subsistance des femmes en danger". Cette journée sera ainsi dédiée au lancement d’un "appel à l'action climatique pour les femmes, par les femmes", un appel qui sera lancé de façon virtuelle le 8 mars à 10 heures (heure locale) du siège de l’ONU.

Les chiffres clés de l’inégalité

 

En France, dans la perspective de cette Journée, le ministère chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes a fait paraître une nouvelle édition de ses Chiffres-clés de l’égalité. Ce recueil statistique "mesure les inégalités dans tous les domaines", dans la vie familiale, dans la sphère professionnelle ainsi que dans l’éducation, la culture ou le sport .

Au chapitre de l’éduction, la culture de l’égalité peut se définir comme "l’éducation au respect mutuel et à l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes". Cette culture de l’égalité a notamment pour but de "lutter contre les stéréotypes de sexe dans tous les domaines où ceux-ci risquent de renforcer les inégalités entre les femmes et les hommes, comme l’éducation et l’orientation professionnelle". Sur ce point, les statistiques font apparaître notamment que, en France :

  • les lycéennes se détournent très tôt des filières du numérique ;

  • la part des femmes dans les formations du numérique diminue ;

  • dans l’enseignement supérieur, le nombre de femme stagne, surtout dans les formations d’ingénieurs et les formations sélectives (classes préparatoires et grandes écoles).

 

De son côté, le ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation publie chaque année le 8 mars Vers l'égalité femmes-hommes ? pour faire l'état des lieux de l'avancée de la parité femmes-hommes dans l'enseignement supérieur, la recherche et l'innovation.

 

Des initiatives emblématiques, françaises et internationales

 

C’est en partie pour pallier cette désaffection des femmes pour les formations et les carrières scientifiques que plusieurs actions sont initiées en France et dans le monde. Parmi ces actions, on retiendra quelques exemples emblématiques :

  • le Prix Irène Joliot-Curie

Ouvert chaque année en juillet par le ministère français chargé de l’enseignement supérieur, le Prix Irène Joliot-Curie distingue depuis plus de 20 ans des femmes scientifiques pour leurs travaux de recherche en France. Depuis cette date, le Prix Irène Joliot-Curie a récompensé une soixantaine de femmes scientifiques aux carrières exceptionnelles dans toutes les disciplines de recherche, parmi lesquelles des chercheuses de renommée internationale comme Françoise Héritier, anthropologue, Valérie Masson-Delmotte, paléoclimatologue, Marie-Paule Cani, informaticienne, ou bien encore l'anthropologue Fariba Adelkhah.

  • l’opération Cap Ingénieuses de la Conférence des écoles d’ingénieurs (CDEFI)

Lancé en 2021, le label Cap Ingénieuses s’inscrit dans le cadre la promotion de la mixité dans les écoles d’ingénieurs. Dans le but d’inciter les jeunes filles à s’orienter vers des études d’ingénieur, le label met en valeur des projets pédagogiques et ludiques menés par des écoles et leurs étudiants "dans un double objectif de sensibilisation aux formations et métiers d’ingénieur et aux principes de l’égalité des genres".

  • le Prix Jeunes pour l’Égalité

Remis le 7 mars 2022 par la ministre française chargée de l’égalité femme-homme à 18 associations, le Prix Jeunes pour l'Egalité a pour but de valoriser des initiatives en faveur de l’égalité entre les filles et les garçons dans plusieurs domaines et notamment l’égalité professionnelle et la mixité des métiers, la lutte contre la précarité économique des filles et des femmes et la lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

  • le programme international L'Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science 

Créé en 1998, le prix international L'Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science honore chaque année cinq femmes scientifiques éminentes issues de cinq régions du monde. Ces chercheuses exceptionnelles sont récompensées pour leurs "importantes contributions au progrès de la science", soit dans le domaine des sciences de la vie, soit dans celui des sciences physiques, des mathématiques et de l'informatique. Depuis 2000, d’autres prix viennent également récompenser des jeunes femmes qui sont au début de leur carrière scientifique, en distinguant les 15 jeunes talents les plus prometteurs, parmi plus de 250 jeunes talents nationaux et régionaux.

 

D’autres actions au plus près du terrain

 

Parallèlement à ces grandes initiatives, sur le terrain, la très grande majorité des universités et des grandes écoles font le choix d’illustrer à leur manière la Journée internationale des droits des femmes.

Que ce soit sous la forme de conférences, de débats, d’ateliers ou de projets artistiques et même sportifs, les établissements, partout sur sur le territoire, s'engagent pour l'égalité femmes-hommes et abordent la journée du 8 mars sous le signe de l’action et de la réflexion partagées. L’association Elles bougent, qui a reçu le soutien de plusieurs ministères (dont celui de l’enseignement supérieur), propose ainsi un calendrier d’actions nationales, à découvrir sur son site internet.

Pour en savoir plus  : 

Présentation générale sur le site de l'ONU Femmes

Les chiffres-clés de l’égalité en France 

La promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes dans l'enseignement supérieur

 

Crédit photo : ©Halfpoint-stock.adobe.com




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.