Inscription à la newsletter
s'inscrire / se connecter

Sites pays et partenaires

Membres :
0 200 500 1000 2000 5000 10000+
Actualités
Partager sur :
23 décembre 2021
Affaires

Ouverture des candidatures aux concours d'innovation i-PhD et i-Lab

Vue 292 fois

i-PhD et i-Lab, deux des grands Concours nationaux d’innovation, qui ont pour but d’encourager l’esprit d’entreprendre dans le secteur de la deeptech, viennent d’être ouverts. Les Concours d’innovation, financés par le Programme d’investissements d’avenir, offrent un soutien aux doctorants, aux chercheurs et aux entreprises innovantes, via trois volets complémentaires (i-PhD, i-Lab et i-Nov) qui agissent chacun à un moment clé de la carrière du jeune chercheur ou du jeune entrepreneur, assurant un « continuum de l’innovation : du labo à la création, vers la croissance ».

i-PhD et i-Lab, deux des grands Concours nationaux d’innovation, qui ont pour but d’encourager l’esprit d’entreprendre dans le secteur de la deeptech, viennent d’être ouverts. Les Concours d’innovation, financés par le Programme d’investissements d’avenir, offrent un soutien aux doctorants, aux chercheurs et aux entreprises innovantes, via trois volets complémentaires (i-PhD, i-Lab et i-Nov) qui agissent chacun à un moment clé de la carrière du jeune chercheur ou du jeune entrepreneur, assurant un « continuum de l’innovation : du labo à la création, vers la croissance ».

 

De la recherche à l’entreprise

Depuis 1999, date de leur création, les trois concours d’innovation ont déjà récompensé plus de 3800 lauréats, grâce à trois modèles d’accompagnement et de financement qui couvrent trois étapes distinctes du projet entrepreneurial :

le volet i-PhD, lancé en 2019 par le Gouvernement en partenariat avec Bpifrance, banque publique d’investissement, se situe en amont et s’adresse aux jeunes chercheurs pour les inciter à créer des startups « en rupture technologique, en lien avec les structures de transfert de technologie et les laboratoires de recherche publique » ;

- le volet i-Lab a pour but de valoriser les résultats de la recherche publique à travers la création d’entreprises de technologies innovantes. Organisé par le ministère chargé de l’innovation, ce concours finance les meilleurs projets de recherche et de développement pour la finalisation d’un produit, d’un procédé ou d’un service technologique innovant ;

- le volet i-Nov soutient de son côté des projets d’innovation déjà en cours, au potentiel particulièrement fort pour l’économie française, portés par des start-ups et des PME existantes, afin de favoriser l’émergence d’entreprises leaders dans leur domaine et pouvant « prétendre à une envergure mondiale ».

 

Un fort engagement de l’Etat

Fin novembre, la ministre de la recherche et de l’innovation et le secrétaire d’État à la transition numérique ont ainsi lancé la 3e édition du concours i-PhD et la 24e édition du concours i-Lab.

Comme le soulignent les ministres, le Gouvernement s’est en effet donné pour priorité de « faire de la France un pays leader en matière de création et de développement d’entreprises innovantes, notamment nées des avancées de la recherche de pointe française, à fort contenu technologique, ou favorisant les transitions écologique, énergétique ou alimentaire ». C’est dans cette optique que le soutien de l’Etat, via ses trois Concours d’innovation, représente « un facteur déterminant pour les filières industrielles stratégiques ». Concrètement, l’effort consenti par le Gouvernement constitue « la marque d’un fort engagement auprès des entreprises, via des financements, une labellisation et une communication renforcée ».

 

i-PHD, un soutien à la vocation entrepreneuriale

Deux de ces Concours d’innovation dans lesquels l’Etat français s’investit fortement sont d’ores et déjà ouverts. Le concours i-PhD d’abord, qui concerne les doctorants, a depuis trois ans a soutenu plus de 70 projets. Selon une enquête nationale, 43% des jeunes chercheurs envisagent en effet la création d'entreprise comme une option dans leur poursuite de carrière. C’est pourquoi l’État français soutient ceux qui souhaitent se lancer dans l’entreprenariat en les accompagnant dans les laboratoires et en s'appuyant sur la valorisation de travaux de recherche publique.

Dans le cadre d’i-PhD, chaque lauréat bénéficie ainsi d’un programme d’accompagnement d’une année lui permettant d’accélérer son projet et d’affiner sa « posture entrepreneuriale » en bénéficiant notamment de mentorat, d’un accès privilégié à une bourse (French Tech) et d’un « temps forts d’immersion dans l’écosystème deeptech ».

 

i-Lab, un relais pour les projets innovants de création d'entreprises

Pour ce qui concerne le concours i-Lab, qui valorise pour sa part la création d’entreprises de technologies innovantes et finance les meilleurs projets de recherche et de développement, il s’agit de sélectionner des porteurs de projet d’entreprise non créée ou d’entreprise de moins de deux ans, dans un secteur à forte intensité technologique. Ces projets bénéficient  d’une aide financière (pouvant aller selon les projets jusqu’à 600K€) et d’un accompagnement adapté.

Selon Bpifrance, « en 23 ans d’existence, i-Lab est devenu un point de passage privilégié pour les porteurs de projets innovants et un label de qualité unanimement reconnu par les investisseurs deeptech ». A ce jour, grâce à i-Lab,  3 629 lauréats ont été distingués pour 496 M€ mobilisés et 2 155 entreprises de technologies innovantes créées.

 

Pour en savoir plus 

sur le site de Bpifrance 

sur le site du Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation

sur le site d’information du Gouvernement  

- le baromètre national Jeunes chercheurs et entrepreneuriat 

 

 




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.