Inscription à la newsletter
s'inscrire / se connecter

Sites pays et partenaires

Membres :
0 200 500 1000 2000 5000 10000+
Actualités
Partager sur :
31 août 2021
Affaires

Portrait : Mireille Razafindrakoto et François Roubaud

Vue 114 fois

Producteurs et analystes de chiffres sur les réalités socio-économiques de pays en voie de développement

 

 

Ils sont tous les deux directeurs de recherche à l’IRD et membres du l’équipe DIAL (Développement Institutions Mondialisation) de l’Unité Mixte de Recherche IRD-CNRS-Université Paris Dauphine LEDa (Laboratoire d’Économie de Dauphine). Ils sont aussi tous les deux économistes et statisticiens. Mireille Razafindrakoto a obtenu un diplôme d’ingénieure statisticienne de l’École Nationale de la Statistique et de l’Administration Économique (ENSAE Paris) avant de devenir docteur en économie avec une thèse soutenue à l’EHESS. François Roubaud, également diplômé de l’ENSAE, est docteur en sciences économiques. Sa thèse portait sur le secteur informel au Mexique.

 

Trois axes de recherche se distinguent dans le travail de ces deux chercheurs IRD : l’économie informelle et le marché du travail ; la gouvernance, à travers, en particulier, l’analyse du rôle des institutions, de la corruption et de la confiance dans l’État ; l’évaluation des politiques de développement.

 

À l’IRD, les chercheurs sont incités à produire une science engagée, qui contribue au développement durable et qui s’élabore en collaboration avec les acteurs universitaires et de la recherche du Sud. Pour ce faire, les chercheurs sont amenés à être affectés dans les pays où ils travaillent. C’est ainsi que Mireille et François ont séjourné 5 ans à Madagascar et au Vietnam, effectué des missions en Afrique et en Amérique latine, et sont aujourd’hui installés à Rio de Janeiro pour une période de 4 ans.

  

Sur chacun de leur terrain d’enquête, ils travaillent à partir des statistiques produites localement et consacrées au marché de l’emploi, au chômage, au secteur informel qu’ils complètent avec des données propres qu’ils obtiennent grâce à des outils et des méthodes qu’ils ont développé au fur et à mesure des années. Chaque recherche menée dans un nouveau pays vient éclairer de nouvelles lumières les réalités sociales et économiques des pays dans lesquels ils ont précédemment enquêté.

 

Arrivés à Rio de Janeiro en février 2020, la pandémie les a obligés à travailler avec les seules données statistiques produites par les organismes publics brésiliens et en particulier celles produites par l’Institut Brésilien de Géographie et de Statistique (IBGE), qui est en charge des grandes enquêtes statistiques sur les ménages et gère les recensements nationaux. Mireille Razafindrakoto et François Roubaud collaborent avec plusieurs des chercheurs de cet institut. Ils sont par ailleurs professeurs invités à l’Institut d’Économie de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ). Ils participent des enseignements en master et en doctorat et ils viennent de soumettre, avec leurs collègues brésiliens de l’UFRJ, un projet de recherche sur les reconfigurations de l’emploi et les frontières mouvantes entre travail indépendant et salariat précaire.

 

Rivés chez eux et comme de nombreux chercheurs, ils ont saisi l’épidémie liée au coronavirus Sars-Cov2 à l’aune de leur champ de recherche et de leur spécialité. Ils ont ainsi analysé les facteurs sociaux et politiques de transmission du virus à travers des estimations économétriques. Ces résultats ont été publiés et présentés lors d’une conférence donnée dans le cadre du cycle « Covid-19 na mira de pesquisadores franceses e brasileiros » réalisé par le Consulat général de France à São Paulo en partenariat avec Nexo Jornal, Unesco Brésil et Blogs de Ciência da Unicamp. Un des résultats inattendus de ces travaux est la chute brutale de l’emploi informel avec la pandémie, qui n’a pas joué son rôle attendu de coussin de sécurité ; ce qui les a conduit à ré-explorer les modes d’ajustement du marché du travail brésilien au cours des 4 dernières décennies, avec ici aussi son lot de surprises.

 

Références :
 
Razafindrakoto M., Roubaud F. (2021), « Bolsonaro et la COVID-19 au Brésil : réflexions autour d’un double paradoxe », Document de travail DIAL 2021-04 (paru dans la Revue de la Régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, 29.)
Razafindrakoto M., Roubaud F., Saboia J., Castilho Reis M., Péro V. (2020), “The municipios facing COVID-19 in Brazil: socioeconomic vulnerabilities, transmisssion factors and public policies”, Texto para Discussão No.32, Instituto de Economia, UFRJ (à paraître dans l’European Journal of Development Studies)
Razafindrakoto M., Roubaud F., Saludjian A. (2021), « Crises, informalité et reconfigurations sur le marché du travail : quatre décennies de bouleversements économiques au Brésil »,  Texto para Discussão No.17, Instituto de Economia, UFRJ (à paraître dans Revue de la Régulation, numéro spécial Boyer R., Neffa C. (éds.) Analyser les transformations de l’Amérique latine : les surprises de la décennie 2010)

 




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.