s'inscrire / se connecter
La France : un pays où innover

Le 7 mars 2018, l’Office européen des brevets (OEB) a publié son rapport annuel 2017. La France fait partie des pays les plus innovants.

 

Comme chaque année, l’Office européen des brevets (OEB) a révélé le palmarès des pays les plus innovants. En 2017, la France est au quatrième rang.
 

 

La France fait partie des pays les plus innovants avec 10 559 demandes de brevets. Elle occupe la quatrième place du classement mondial établi par l’OEB dans son rapport annuel 2017. En tête du palmarès, on retrouve les États-Unis, l’Allemagne et le Japon, avec respectivement 42 300, 25 490 et 21 712 brevets déposés. La Chine a décroché, quant à elle, la cinquième place avec 8 330 demandes de brevets. Mais c’est une société chinoise, Huawei, qui arrive en tête du classement des entreprises, devançant le groupe allemand Siemens et le groupe coréen LG. Classée au 19e rang, Valéo est la première entreprise française : l’équipementier automobile a déposé 770 brevets !

 

La France encourage l’innovation

La France se distingue dans le secteur de l’automobile mais aussi dans l’aéronautique et les technologies médicales. L’OEB a commenté ce succès : « la France renoue ainsi avec la croissance, ce qui constitue un signe encourageant pour l’innovation dans un contexte d’embellie globale de l’économie hexagonale ». Le dispositif fiscal français, et plus particulièrement le crédit d’impôt recherche (CIR), explique en partie que le pays soit l’un des plus innovants au monde. D’après Benoît Battistelli, président de l’OEB, « La France est bien placée dans la nouvelle vague technologique et il est clair que sans le CIR, elle ne se trouverait pas à ce niveau ».

 

2017, un bon cru pour l’innovation

Si la France est dans le peloton de tête, 2017 est de manière générale une bonne année pour l’innovation mondiale. L’OEB a en effet reçu 166 000 demandes de brevets, un chiffre en hausse de 3,9 % par rapport à l’année précédente. Après en avoir examiné la conformité, l’OEB a délivré 105 000 brevets européens : c’est la première fois que la barre symbolique des 100 000 brevets est passée. Sur l’ensemble des brevets déposés à l’OEB, 69 % viennent de grands groupes, 24 % de PME et 7 % d’universités et établissements de recherche privés. Parmi le top 15 des déposants de brevets français, on retrouve notamment les grands groupes Valéo, Sanofi, Saint Gobain, PSA, L’Oréal, mais aussi le CNRS.

 

L’Office européen des brevets

Créé en 1977, l’OEB a pour mission de protéger la propriété des inventions. Les 38 États membres de l’organisation sont les pays de l’Union européenne et des pays voisins comme la Suisse, le Liechtenstein, la Principauté de Monaco ou la Turquie. Tous les ans, l’OEB publie le palmarès des pays et des entreprises ayant déposé le plus de demandes de brevets. Ces chiffres renseignent sur la capacité à innover des acteurs mondiaux car tous les grands groupes qui exportent protègent leurs innovations sur le marché européen.