Inscription à la newsletter
s'inscrire / se connecter

Sites pays et partenaires

Membres :
0 200 500 1000 2000 5000 10000+
Actualités
Partager sur :
03 mai 2021
Communauté

Alumni et grandes écoles : l'esprit de solidarité comme raison d'être

Vue 93 fois

La Conférence des Grandes Ecoles présente sur son site internet un dossier composé de plusieurs articles dédiés aux alumni, avec notamment des points de vue de responsables de différentes écoles.

Le thème du dossier Grand Angle, point commun à tous les articles que la Conférence des Grandes Ecoles a consacré aux alumni, est celui de l’entraide et de la solidarité. Selon les mots de l’animateur du Groupe de travail Alumni de la CGE qui ouvre ce dossier, « dans ce contexte singulier, et passablement chahuté de la crise Covid-19, il s’est imposé de lui-même ». Parce que, selon le représentant de la CGE, « établir (ou conforter) les relations amicales entre anciens élèves, développer l’esprit de solidarité au sein des promotions et entre les différentes générations est au cœur de la raison d’être des associations d’alumni ».

 

Sept grandes écoles (NEOMA, HEC Liège, Grenoble INP, ESTP Paris, ESA Angers, EM Normandie, EDHEC) qui font partie du Groupe de travail Alumni de la CGE, constitué début 2020, ont participé à ce dossier en communiquant des articles-témoignages, aussi divers que passionnés dans leur mission d’animation de ces réseaux.

 

La solidarité et l’emploi

 

L’entraide, fil rouge de tous les témoignages, c’est d’abord celle qui est exprimée par l’ESA Angers, déclarant être « à l’écoute des jeunes pour mettre en place des évolutions de services » et qui organise de nombreuses actions, avec ses réseaux d’anciens élèves, pour venir en aide aux étudiants, notamment en matière d’emploi. Face aux difficultés actuelles du marché de l’emploi, l’EDHEC et son association d’alumni ont pour leur part lancé le Programme Entraide Recherche Emploi, un programme de monitoring qui a déjà permis à plus de 600 étudiants et jeunes diplômés d’être accompagnés et de bénéficier de « conseils avisés ».

 

L’intergénérationnel, la valorisation et le développement international

 

De son côté, HEC Liège mise plus largement sur les effets intergénérationnels et cite parmi ses « défis prioritaires », la sensibilisation culturelle au « give back to the community », autrement dit « la valeur de la philanthropie au sein de la culture alumni ». Dans le même ordre d’idée, aussi altruiste, Grenoble INP a choisi de son côté, grâce à son réseau d’alumni, de « porter haut les couleurs des ingénieurs et scientifiques français ». L’association de l’école a en effet un objectif clair : « contribuer à la qualité de la formation en France des ingénieurs et des scientifiques » et « valoriser leurs diplômes et promouvoir ces formations ».  C’est le même but qui anime l’ESTP Paris qui souhaite développer encore son réseau alumni à l’international. Parmi les nombreuses initiatives prises en ce sens, l’école s’est interrogée sur le rôle à jouer par les alumni étrangers dans l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, dans la réputation même de l’établissement et dans la solidarité entre ses anciens.

 

Une vision prospective et de grands objectifs fédérateurs

 

NEOMA propose pour sa part une vision prospective, en estimant qu’aujourd’hui « les réseaux d’alumni sont désormais gérés comme de véritables startups ». Et l’école d’assurer que la période post-COVID sera « une formidable occasion de mettre à profit l’adaptabilité et l’agilité de nos alumni pour servir la performance et le business des membres de notre écosystème »… Et c’est enfin EM Normandie qui résume le mieux le rôle des clubs d’alumni présents dans ce dossier qui, au fond, se rassemblent tous autour de trois objectifs : « fédérer le réseau, accompagner ses membres et promouvoir l’école ».

 

Deux autres contributions viennent encore nourrir ce dossier consacré . Il s’agit de l’introduction générale proposée par le Groupe de travail Alumni de la CGE et de l’apport au débat du collectif Alumni for the planet qui conclut le dossier en se présentant en quelque sorte comme le réseau d’alumni des réseaux d’alumni.

 

Promotion de la marque et rayonnement de la France

 

Dans son propos liminaire, la CGE qui ouvre le dossier note très justement que les anciens élèves, « quand ils font la promotion de leur école, du modèle français des grandes écoles, de la marque de l’Ecole en même temps que de leur diplôme », contribuent « à leur manière au rayonnement de la France et à sa place dans un monde fortement compétitif ». Pourtant, la CGE s’interroge, notamment sur « la logique LinkedIn » qui représenterait « une forme de désintermédiation entre élèves, anciens élèves et employeurs et, à terme, une concurrence directe pour les réseaux d’alumni traditionnels ».

 

Alumni for the planet et son cycle de webinaires

 

Telle n’est pas l’inquiétude du réseau Alumni for the Planet qui, dans sa contribution, insiste sur son développement qui se poursuit avec 3000 alumni inscrits, issus de plus de 600 établissements d’enseignement supérieur. Une évolution qui représente, selon l’association, un « effet de levier considérable pour répondre aux défis du climat et de l’environnement ». L’objectif est ici « de rassembler un maximum d’alumni de l’enseignement supérieur, grâce aux associations d’alumni, et de les accompagner en les aidant à se mettre en relation puis à agir ensemble ». C’est dans ce but que, pour se déployer davantage, l’association propose maintenant des « cycles de webinaires pour accompagner sur plusieurs mois des groupes d’alumni et les aider à engager des projets concrets dans leur entreprise, grâce à des espaces de partage d’expérience, des groupes de travail thématiques, des témoignages et des kits de mise en action ».

 

Pour en savoir plus : 

L'intégralité du dossier sur le site de la Conférence des Grandes Ecoles (rubrique Aval)

 

Crédit photo : ©jackfrog - stock.adobe.com

 




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.