s'inscrire / se connecter

Sites pays et partenaires

Membres :
0 200 500 1000 2000 5000 10000+
Rencontre avec Kamila AIT YAHIA, Alumni, Directrice de la recherche à la DGST

Entretien avec Kamila Aït-Yahia Ghidouche,

  • Professeure en marketing – Directrice centrale de la programmation de la recherche, de l’évaluation et de la prospective – DGRSDT – MESRS.

  • Diplômée de l’Université d'Evry-Val d'Essonne

 

Les profils algériens formés en France peuvent beaucoup apporter au secteur académique en Algérie. La visibilité et le rayonnement des établissements d’enseignement et de formation reposent davantage sur la collaboration internationale. Ces profils pourront donc servir de passerelles entre les établissements français et les établissements algériens pour développer des formations communes. Cette collaboration permettra de favoriser les échanges et la mobilité de courte durée ou encore d’encourager les thèses en cotutelle et/ou les co-publications ».

 

Diplômée  de l’Université d'Evry-Val d'Essonne, Kamila AIT YAHIA a enseigné pendant plusieurs années dans les grandes écoles de commerce en Algérie (EHEC, ENSM et ESAA). Elle est désormais directrice centrale de la programmation de la recherche, de l’évaluation et de la prospective à la Direction Générale de la Recherche et du Développement Technologique (DGRSDT – MESRS) après avoir occupé la fonction de sous-directrice de la Coordination de la Recherche Intersectorielle au sein du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique algérien.

 

Un mot sur votre parcours académique et votre choix d’études :

 

J’ai obtenu mon baccalauréat scientifique en 1995. J’ai alors choisi de suivre un cursus initial dans le domaine du marketing à l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales (EHEC ex INC). En 2001, j’ai obtenu le concours de magistère au sein du même établissement, et j’ai poursuivi des études en management commercial. Deux ans plus tard, J’ai décidé d’effectuer un complément de formation en France et je me suis inscrite à un Mastère en commerce international à l’Université d'Evry-Val d'Essonne.

Encouragée par le directeur de l’Ecole des Hautes études commerciales de l’époque, je décide de revenir en Algérie en 2005 pour occuper un poste d’enseignante à plein temps. J’ai ensuite entrepris une thèse de doctorat sur le marketing territorial et j’ai obtenu mon diplôme en 2012 puis mon habilitation à diriger des recherches un an plus tard.

Un mot sur les établissements fréquentés en France :

 

En 2003, j’ai été admise à l’Université d'Evry-Val d'Essonne. Je garde un excellent souvenir de cet établissement, non seulement pour la qualité des professeurs, mais aussi grâce à la diversité des étudiants venant des quatre coins du monde (Madagascar, Sénégal, Tunisie, Maroc, Nouvelle - Calédonie, Pologne, Chine…) qui constituaient une magnifique mosaïque de populations !

Les travaux de groupe ont largement contribué à notre apprentissage et à notre cohésion au contact des différentes cultures. Un bel esprit d’équipe s’est rapidement installé entre- nous  et chacun pouvait apprendre de l’autre.

Cette expérience n’a pas toujours été facile car pour financer mes études, j’ai dû travailler à temps partiel. Avec du recul, je constate que cela m’a beaucoup enrichie sur le plan personnel et humain.

Un mot sur votre activité professionnelle et vos réalisations aujourd’hui :

 

J’occupe actuellement la fonction de directrice centrale de la programmation de la recherche, de l’évaluation et de la prospective à la direction générale de la recherche et du développement technologique (DGRSDT – MESRS). C’est un challenge que j’ai accepté de relever depuis quelques mois seulement, après une expérience dans la coordination de la recherche intersectorielle. Je suis également professeur en marketing et j’encadre des étudiants et des doctorants pour leurs travaux de recherche et leurs thèses de doctorat au sein de l’Ecole Nationale Supérieure de Management (ENSM).

Pour ce qui est des activités de recherche, j’ai publié plusieurs articles et chapitres d’ouvrages en français et en anglais sur des thématiques relatives au marketing territorial (l’image des villes, l’impact de l’événementiel sur les villes, l’attractivité territoriale, les Smart Cities et la participation citoyenne). Je suis également membre de comités scientifiques en marketing et en tourisme au sein des conférences régionales d'Afrique du Nord.

Un mot sur l’apport des profils algériens formés en France dans le secteur académique en Algérie :

 

Les profils algériens formés en France peuvent beaucoup apporter au secteur académique en Algérie. La visibilité et le rayonnement des établissements d’enseignement et de formation reposent davantage sur la collaboration internationale.

Ces profils pourraient donc servir de passerelles entre les établissements français et les établissements algériens pour développer des formations communes. Cette collaboration permettra de favoriser les échanges, la mobilité de courte durée ou encore d’encourager les thèses en cotutelle et/ou les co-publications ».

Quelle est, selon vous, la valeur ajoutée d’une mobilité en France pour les nouveaux étudiants ?

 

Pour moi, la mobilité en France est avant tout une expérience de vie, offrant des perspectives de découverte de différentes cultures et permettant d’effectuer de belles rencontres. La mobilité nous ouvre l’esprit, nous apprend à sortir de notre zone de confort et nous donne confiance en nous.

Quels conseils donneriez-vous aux futures générations :

 

Il n’y a ni miracle ni secret à la réussite, les maîtres-mots sont : « le travail, la rigueur et le sérieux ». Il ne faut surtout pas se sous-estimer, tout ce qui a pu être accompli et réussi en Algérie peut être également réalisé ailleurs ! Il faut simplement s’armer de courage, de patience et de persévérance.

Un mot sur le réseau France Alumni Algérie :

 

Le réseau France Alumni Algérie est une excellente initiative qui permet aux Alumni de partager leurs expériences et aux futures générations de bénéficier de conseils et d’encouragements car, parfois, le plus dur est de quitter son petit nid douillet, pour sauter le pas et aller vers l’inconnu et c’est là que cela devient intéressant !…