s'inscrire / se connecter

Sites pays et partenaires

Membres :
0 200 500 1000 2000 5000 10000+
Entretien avec Kawter HOUDA NOUR, gestionnaire du projet JPV soutenu par l'ambassade de France en Algérie

Entretien avec Kawter HOUDA NOUR, gestionnaire du projet « Jeunes pour la Paix et la Vie - JPV », participante à la 3ème édition du Sommet Méditerranée du Futur, organisée par la Région Sud à Marseille

La richesse des échanges au cours de cette expérience est édifiante à mon sens et nous démontre qu’au-delà de nos différences, nous sommes tous des acteurs du changement en Méditerranée au travers des questions liées au climat, à l’innovation et aux investissements qui impliquent de plus en plus la jeunesse des deux rives, et cela constitue une force inestimable ! "

 

Formée en journalisme, communication et audiovisuel, Kawter est militante dans le mouvement associatif, membre du bureau de l’association Santé Sidi El Houari et gestionnaire du projet « Jeunes pour la paix et la vie » porté par l'association, soutenu et financé par le Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’ambassade de France en Algérie. A ce titre, elle a été sélectionnée afin de participer à la 3ème édition du Sommet « Méditerranée du Futur », un rendez-vous incontournable pour le développement et la coordination méditerranéenne, organisé en novembre dernier par la Région Sud (Région Provence-Alpes-Côte d'Azur ex PACA). La jeune femme partage avec nous cette expérience enrichissante en France.

 

 

 

Mon parcours et mes ambitions professionnelles en Algérie :

Je suis titulaire d’une Licence en journalisme et communication et d’un Master en études audiovisuelles de l’Université Ahmed Ben Bella - Oran 1. Passionnée par l’audiovisuel, j’ai rejoint l’équipe du projet « IBDA3COM » porté par l’Association oranaise SDH (Santé Sidi El-Houari) en partenariat avec le MEPI (Middle East Partnership Initiative) qui vise à promouvoir les jeunes Algériens dans les métiers de l'audiovisuel, les technologies de l’information, de la communication et l'animation socioculturelle. J’ai choisi ensuite de m’investir dans l’entrepreneuriat social, en intégrant la fonction de formatrice en animation socio-culturelle au sein de l’Association SDH pour la réhabilitation du vieil hôpital et le développement socio-culturel du quartier de Sidi El Houari à Oran. Je suis également gestionnaire du projet « Jeunes pour la Paix et la Vie » qui a vu le jour en partenariat avec la Fédération nationale des parents d'élèves de la wilaya d'Oran, la mutuelle d'assistance scolaire de la région Ouest et l’ambassade de France en Algérie. Nous œuvrons dans ce cadre pour la lutte contre la violence et les rapports de force dans les relations interpersonnelles à travers des ateliers sur les nouvelles méthodes pédagogiques basées sur la communication interpersonnelle et le savoir vivre ensemble, visant à sensibiliser les différents acteurs de l’éducation dont les parents d’élèves, les enseignants et les animateurs socio-culturels. En novembre 2019, j’ai été sélectionnée par l’ambassade de France afin de prendre part à la 3èmeédition du Sommet «Méditerranée du Futur » à Marseille.

 

 

Ma participation au Sommet «  Méditerranée du Futur » à Marseille sous le signe de l’investissement :

Après les deux premières éditions dédiées à la coopération euro-méditerranéenne sur le thème du climat en 2017, la jeunesse et l’innovation en 2018, l’événement Méditerranée du Futur - Acte 3 a placé la thématique de l’investissement sur les deux rives au cœur des échanges à travers trois axes principaux: trouver des projets ambitieux à financer sur les deux rives, rencontrer les acteurs clés de l’investissement dans un cadre privilégié et détecter les opportunités d’investissement en Méditerranée. L’événement a réuni près de 1000 personnes : chefs d’entreprises, financeurs, experts, associations, consultants ainsi que 40 jeunes participants issus de 10 pays acteurs de la coopération euro-méditerranéenne et des collectivités locales.

En tant que jeune porteuse de projet en Algérie, j’ai pris part à cet événement aux côtés de Khaoula MAZARI, titulaire d’un Master en aéronautique, représentante de l’Algérie dans le domaine de la compétition aéronautique à l’étranger ainsi que Réda OUCHEN, entrepreneur, porteur de la start-up "Red connect" en Algérie.

 

 

C’est dans un climat de partage, d’échange et de discussion que nous avons pu prendre part aux différents ateliers de groupe au sujet de la promotion de la jeunesse et les notions d’engagement, de citoyenneté et d’action sociale.

Le 1er atelier concernait la préfiguration d’un parlement de la jeunesse qui favoriserait la coopération et le partenariat dans le bassin méditerranéen à travers une instance de dialogue et d’échanges, qui réunirait chaque année des jeunes de tous les pays avec lesquels la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur a des accords de coopération. Animé par deux facilitateurs, Olivier Goerths et Sam Khebizi de l’Association Les Têtes de l’Art spécialisée dans la production de spectacles, l’organisation de classes et de séjours artistiques, cet atelier nous a permis de réfléchir à quoi pourrait ressembler ce parlement et quelles seraient nos attentes et nos besoins vis-à-vis de cette structure.

Cette expérience m’a vraiment marqué. J’ai vécu avec mes collègues des moments très forts de réflexion, de débat et d’échanges. C’est très émouvant de se retrouver parmi les personnes qui posent les premières pierres du 1er parlement euro-méditerranéen de la jeunesse !

 

J’ai également eu l’honneur d’assister à des tables rondes, des conférences dédiées à l’innovation spatiale et au cloud technologique ainsi que des ateliers réservés aux porteurs de projets recherchant des investisseurs à l’occasion. En quelques minutes, ils devaient présenter leur projet et séduire. Les montants pouvant aller de quelques centaines d’euros à plusieurs millions. Tous les secteurs d’activité étaient concernés. Au total, ce sont plus de 60 projets innovants qui ont été ainsi soumis à l’auditoire.

La première table ronde en lien avec l’investissement a mis en valeur la réussite de projets méditerranéens à travers des témoignages percutants et inspirants. C’est une fierté de constater la réussite de plusieurs projets et leur impact sur le bassin méditerranéen.

La suite des ateliers était marquée par l’émergence des débats et les échanges d’expériences variées et complémentaires afin d’enrichir les participants et les accompagner dans l’élaboration et l’exécution de leurs projets d’activités en faveur du développement Euro-Méditerranéen. La forte présence de la jeunesse à ce type d’exercice démontre leur voix significative et leur implication dans les questions qui affectent leurs vies (pollution, développement durable…), une voix visiblement bien prise en compte.

La journée s’est terminée par le concours des entreprises innovantes. Le Prix Mare Nostrum a été attribué à Green Watech, société marocaine, développant une solution pour le traitement et la réutilisation des eaux usées. Le Prix Made in Méditerranée a été attribué à Eranova, start up française, dont le cœur de métier est la mise en place d’un processus de fabrication de matières plastiques à partir d’algues. Ces deux prix démontrent la vitalité et le talent des jeunes startups méditerranéennes.

A l’issue d’une journée riche en échanges et en apprentissage, Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur a prononcé le mot de clôture. Après avoir remercié chaleureusement tous les participants, il rappelle que l’événement Méditerranée du Futur n’a que trois ans et que cette rencontre est devenue essentielle au fil des ans au progrès des habitants des deux rives et à notre bien commun, la Méditerranée.

La richesse des échanges au cours de cette expérience est édifiante à mon sens et nous démontre qu’au-delà de nos différences, nous sommes tous des acteurs du changement en Méditerranée au travers des questions liées au climat, à l’innovation et aux investissements qui impliquent de plus en plus la jeunesse des deux rives, et cela constitue une force inestimable !