Inscription à la newsletter
s'inscrire / se connecter

Sites pays et partenaires

Membres :
0 200 500 1000 2000 5000 10000+
Rencontre avec Billel Ighil AGHA, lauréat algérien de la bourse d'excellence MOPGA

Ce fut l’un des plus beaux jours de ma vie et le succès le plus important de ma carrière universitaire […]. Je souhaite aujourd’hui aux nouvelles générations d’étudiants d’évoluer dans un cadre universitaire et professionnelle en résonance avec leurs capacités et leurs objectifs, en vue de réaliser leurs rêves dans la vie […] Dans le cadre du réseau France Alumni, je souhaite aujourd’hui fédérer des personnes qui ont suivi ce type de parcours et prendre part à des événements liés à l’écologie ou l’environnement […] » .

 

 

Bilal est diplômé en écologie végétale et sciences environnementales de l'USTHB. Passionné par le domaine de l’écologie et de l’environnement, il décide d’effectuer un complément de formation en France. En 2018, il décroche la bourse d’excellence Make Our Planet Great Again (MOPGA) qui lui permettra de poursuivre ses études à l’Université d’Angers. De retour en Algérie, il est aujourd'hui ingénieur, consultant et chercheur universitaire en écologie, environnement et changement climatique. Il partage son expérience personnelle et ses conseils aux nouvelles générations d’étudiants.

Le programme Make Our Planet Great Again – MOPGA :

Coordonné par l’Agence Campus France Paris et financé par le ministère de l’Europe et des affaires Etrangères (MEAE) et le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation français (MESRI), ce programme a été lancé en vue de favoriser l'accueil d'étudiants et de chercheurs internationaux en France dans le cadre de l’initiative présidentielle « Make Our Planet Great Again » en 2018. Chercheurs, enseignants, entrepreneurs, associations, ONG et  étudiants ont été appelés à se mobiliser et à rejoindre la France pour mener la lutte contre le réchauffement climatique. 154 étudiants et chercheurs étrangers ont obtenu un financement pour mener leurs recherches en sciences du changement climatique et de la durabilité, de la transition énergétique et sciences du système terrestre en France. Parmi eux, un étudiant algérien, Billel IGHIL AGHA, qui a été retenu afin d’intégrer un Master 2 en Ecologie et Eco-ingénierie des zones humides à l’Université d’Angers.

 

 

Mon parcours académique et professionnel :

Je suis titulaire d’un Master en écologie végétale et sciences environnementales de l’Université de Sciences et de Technologies Houari Boumediene à Alger (USTHB). Passionné par l’écologie et les sciences environnementales, j’ai décidé d’effectuer une mobilité dans le cadre d’un projet d’études en France, en vue de parfaire mes connaissances et aller au-delà de ma formation initiale. J’avais également pour ambition de trouver un cadre d’étude plus en résonnance avec mes capacités et mes objectifs. En 2018, j’ai eu vent de l’appel à candidatures pour le programme Make Our Planet Great Again (MOPGA) et j’ai eu la chance de décrocher une bourse d’excellence, ce qui m'a permis de suivre un Master 2 en en écologie et éco-ingénierie des zones humides à l’Université d’Angers.

De la capitale algéroise à la ville d’Angers : le dynamisme, la modernité et l’économie au service de la nature !

 

Je suis né dans la capitale algéroise, plus précisément à Kouba, une commune algérienne située dans la proche banlieue Sud-Est d'Alger. J’ai ensuite vécu une partie de ma vie à Reghaia, située sur une vaste plaine au Nord de la Mitidja. Elle possède une petite bordure côtière autour de vastes plages de sable fin surplombées d'une falaise. Au nord de la commune se trouve une zone de marais humide avec un lac de 75 hectares, inscrit parmi les zones humides d’importance internationale.

Arrivé à Angers, le premier point de différence qui m’a interpellé est le climat, rarement ensoleillé à Angers, mais ce qui n’était pas pour me déplaire.

La quiétude qui règne dans la ville des fleurs, l’abondance et la diversité de végétaux m’ont tout de suite charmé. La ville d’Angers bénéficie d’un rayonnement mondial dans son domaine de spécialisation : « le végétal et l’agriculture ». Angers est souvent citée comme la ville la plus verte de France. Les Angevins bénéficient de 100 m² d’espaces verts par habitants. Les 3 principaux coins de verdure de la ville sont les parcs Saint-Nicolas, Balzac et Lac de Maine avec plus de 300 hectares de gazon, sans compter les 6 grandes forêts qui entourent la ville.

© DXR -Wiki

 

Les études d’écologie à l’Université d’Angers :

Fondée     au     Moyen-âge,     l’Université     d’Angers  a  été  recréée  sous  sa  forme  actuelle  en  1971. A vocation  pluridisciplinaire,   elle offre   un   large   choix   de  formations  diversifiées et à finalité professionnelle. Le parcours « Écologie et éco-ingénierie des zones humides » offre une formation pluridisciplinaire en écologie et environnement qui permet d’acquérir une connaissance approfondie des démarches et des procédures utiles à la conduite de suivis et d’études de ces milieux. Elle a pour vocation de former des professionnels capables d’appréhender en complémentarité les aspects écologiques, géodynamiques, socio-économiques et juridiques de ces milieux naturels importants dans la gestion des territoires.

J’ai reçu une formation de qualité au sein de cet établissement et je garde un excellent souvenir de la bibliothèque qui était à la hauteur de mes attentes. Au-delà de ces connaissances disciplinaires et appliquées, la gestion des milieux naturels demande une certaine maîtrise des outils permettant d’appréhender les dynamiques territoriales qui hébergent cette biodiversité. Pour acquérir cette double –compétence, les notions d’aménagement de territoires ont été d’une forte valeur ajoutée pour moi. 

Un mot à destination des futurs étudiants algériens en France :

Cette mobilité en France m’a permis de me développer aussi bien sur le plan académique et professionnel, que sur le sur le plan humain. J’ai appris à surmonter les nombreuses difficultés : l’intégration, l’adaptation à la vie en France et au système de l’enseignement supérieur français, les difficultés à trouver un logement, les difficultés à me déplacer, etc. Je dirais aussi que j’ai eu la chance d’avoir mon épouse à mes côtés, ce qui m’a beaucoup aidé.

Le premier conseil que j’ai à donner aux nouvelles générations d’étudiants et de s’accrocher et de s’entourer de personnes bienveillantes qui vous soutiennent et vous tirent vers le haut. Ma plus belle rencontre à Angers était celle de Marc PAVI, mon locataire, une personne extraordinaire, qui m’a beaucoup aidé durant mon séjour et que je ne remercierais jamais assez. Il est passé me rendre visite en Algérie par la suite et nous avons gardé de très bons rapports. Si tu me lis, Marc, je te remercie du fond du cœur !

Je souhaiterais par la même occasion rendre hommage à ma mère, qui m'a beaucoup aidé et soutenu dans l'accomplissement de mes projets. Sans elle, rien n'aurait été possible !

Par ailleurs, cette période éprouvante liée à la crise sanitaire nous invite à faire preuve d’agilité, d'optimisme et de persévérance. Il faut absolument transformer les freins en leviers !

Aujourd’hui, mon ambition est de créer ma propre entreprise dans le domaine BIO - agroalimentaire. Dans le cadre du réseau France Alumni Algérie, je souhaiterais éventuellement prendre part à des événements liés à l’écologie ou l’environnement et fédérer des personnes qui ont suivi ce type de parcours, car j’en rencontre très peu, jusqu’à présent.