s'inscrire / se connecter

Sites pays et partenaires

Membres :
0 200 500 1000 2000 5000 10000+
Rencontre avec Yacine Hafiane, Alumnus, fondateur de la Startup ABC

Rencontre avec Yacine Hafiane, Alumnus de l’Université Montesquieu Bordeaux IV et de l'UPMF de Grenoble, fondateur et gérant de la Start-up Analytics Business Consulting (ABC) :

 

 Dieu a fait les nombres entiers, tout le reste est l'œuvre de l'Homme. » 

Leopold Kronecker - mathématicien (1823 - 1891).

 

Passionné par les chiffres dès son jeune âge, Yacine, après l’obtention d’un Baccalauréat scientifique choisit la voie des mathématiques appliquées et s’inscrit en  cursus ingénieur spécialisé en statistique décisionnelle à l’Ecole Nationale Supérieure de Planification et de Statistique d’Alger (ENSSEA ex INPS). Au cours de ses études, il réalise que les mathématiques et les statistiques ne sont pas une finalité mais un ensemble d’outils permettant de comprendre et d’analyser tout type de phénomènes. Il se spécialise alors en Management des Organisations et Modèles de Décision. A l’issue de son cursus, son projet de fin d’étude porte sur l’analyse du système de veille concurrentielle et des outils d’intelligence économique au sein d’un laboratoire pharmaceutique. Passionné par le sujet, il décide d’approfondir ses connaissances dans ce domaine en choisissant d’effectuer un complément de formation en France.

 

Votre choix d’études et votre expérience en France :

En 2010, mon intérêt  pour l’intelligence économique et la veille en entreprise a guidé mon choix d’études en France, où j’ai suivi un Master en Economie Industrielle et Veille Stratégique à l’Université Montesquieu Bordeaux IV. Bordeaux est une ville où il fait bon vivre et son université jouit d’une très bonne réputation et offre un cadre de vie agréable. Avec un projet professionnel orienté vers l’aide à la décision en entreprise, j’ai décidé de compléter mon parcours avec le Master Ingénierie Economique et Entreprise de l'Université Pierre-Mendès-France Grenoble option « Chargé d’études économiques et statistiques ». Ce master offrait l’avantage d’être orienté vers la résolution des problématiques d’entreprises à l’aide d’outils statistiques à la fois exploratoires (data mining) et prédictives et correspondait à mes attentes.

 

Votre activité professionnelle et vos ambitions aujourd’hui :

Ma carrière professionnelle a commencé au sein d’une équipe de datamining dans un cabinet parisien de web marketing. En 2012, j’ai choisi de rentrer en Algérie et j’ai rejoint le cabinet Immar Maghreb où j’ai supervisé des études de marché quantitatives dans différents secteurs (automobile, télécommunications, banque et assurance, industrie et produits pour le bâtiment) avant de rejoindre le plus important groupe privé en Algérie (CEVITAL (OXXO)) pour y travailler dans l’aide à la décision.

J’ai ensuite intégré le cabinet d’audit KPMG pour exercer  en tant que consultant superviseur en stratégie et E-réputation. Après sept années d'expériences enrichissantes, alliant études de marché, due diligence et data analytics, j’ai alors créé ma start-up « Analytics Business Consulting » (ABC) en 2019 à Alger, un cabinet spécialisé dans la valorisation de données (data science). Ce projet a été concrétisé après ma rencontre avec les co-fondateurs d’IncubMe fin 2018. Il s’agit du premier incubateur privé panafricain ayant vocation à déployer un écosystème de soutien et de promotion des start-up en Algérie.

 

 

 

 

Quelle est selon vous la valeur ajoutée d’une mobilité en France pour les nouveaux étudiants ?

Faire ses études à l’étranger est avant tout une belle expérience humaine. La France est un pays qui accueille des étudiants du monde entier avec des cultures riches et variées. Cette diversité permet de porter un regard différent sur sa propre culture, mais aussi sur les autres, bien au-delà des préjugés. De quoi mieux appréhender de nombreuses situations et développer notre esprit d’ouverture et de tolérance.

Au cours des années, on se crée plus facilement des passerelles internationales grâce aux liens tissés durant les études, ce qui permet ainsi d’étoffer son réseau personnel comme professionnel.

Durant mon séjour en France, j’ai développé des compétences transversales comme l’autonomie, la curiosité, la capacité d’adaptation, ainsi que les savoir-faire et savoir-être indispensables à la construction d’une carrière professionnelle. Sortir de sa zone de confort permet d’avoir une vision claire et précise de qui on est, des domaines où l’on excelle et surtout de nos forces.

 

Un mot sur les enjeux de l’entrepreneuriat en Algérie :

Les start-up sont devenues une source indispensable de croissance pour transformer l’économie des pays Africains. Elles créent de nouvelles capacités de production, de nouveaux emplois et introduisent des solutions innovantes pour redynamiser l’activité d’un pays.

L’Algérie est encore loin du modèle économique de la connaissance basée sur l’innovation, malgré le rôle positif joué par les acteurs de l'écosystème entrepreneurial. En termes de création de start-up, une réelle dynamique reste à parfaire en Algérie malgré les opportunités à saisir.

J’aime particulièrement la citation de ce mathématicien allemand : « Dieu a fait les nombres entiers, tout le reste est l'œuvre de l'Homme. » Leopold Kronecker - (1823 - 1891).

A l’ère du Big Data, et avec la transformation numérique à laquelle l’Algérie n’échappe pas, il est commun d’entendre parler de projets innovants en relation avec les TIC (Technologies de l’Information et de Communication). Toutefois, l’entreprenariat et l’innovation ne se limitent pas qu’à cela ; à l’image de l’agriculture, l’industrie, le tourisme, l’environnement et les dizaines d’autres secteurs où des opportunités importantes d’entreprenariat existent.

Par ailleurs, il n’est pas toujours utile de réinventer la roue car le savoir est cumulatif. Par conséquent, il est opportun, d’un point de vue professionnel, de réaliser des études comparatives avec des entreprises étrangères qui ont réussi, de s’en inspirer, sans pour autant les copier, afin d’adopter des modèles réussis au contexte algérien (dans le respect de la propriété intellectuelle et industrielle, bien sûr).

J’encourage les jeunes et les moins jeunes à entreprendre en Algérie, à se mettre en réseau et à créer des synergies entre personnes issues de sentiers différents et de spécialités différentes et complémentaires !

 

Autres conseils aux nouvelles générations d’étudiants :

  • Ayez du courage, soyez persévérant, faites du sport.
  • Remettez-vous sans cesse en question.
  • Apprenez l’histoire et n’oubliez jamais d’où vous venez.
  • Utilisez l’Internet à bon escient et ne cessez jamais d’apprendre et de vous enrichir !
  • Apprenez à sortir de votre zone de confort et à valoriser l’effort.
  • Privilégiez toutes les expériences internationales qui peuvent s’offrir à vous (formations, stages, séjours linguistiques, activités associatives et culturelles, etc).

 

Un mot sur le réseau France Alumni Algérie :

C’est un très bon réseau de partage d’expériences. Il favorise des échanges de qualité au sein d’une communauté riche et variée. Il est utile à la fois aux étudiants, aux membres issus du monde professionnel mais aussi aux entreprises qui peuvent y trouver des profils intéressants à recruter. Les évènements organisés par le réseau France Alumni Algérie sont intéressants. On y rencontre des personnes passionnantes aux parcours et horizons variés et on y aborde des thématiques riches. Ces événements constituent un bon moyen pour développer ses connaissances et accroître son réseau professionnel par la même occasion. Quant à la rubrique emploi et stages, j’y trouve un grand intérêt de par la variété et la qualité des opportunités professionnelles proposées.