s'inscrire / se connecter
JCDecaux devance la concurrence avec e-vls
Des affichages publicitaires aux vélos en libre service, la marque JCDecaux a investi les grandes métropoles internationales. Dernière invention en date du leader mondial du mobilier urbain : un vélo à assistance électrique nommé e-VLS.

 

Des marchés d'affichage en échange de mobilier urbain

Le groupe français JCDecaux est à la fois leader mondial de l'affichage publicitaire, du mobilier urbain, et du vélo en libre service. Un positionnement industriel insolite, lié à la stratégie de développement menée par Jean-Claude Decaux, fondateur de l’entreprise.
Créée en 1955, celle-ci est d’abord spécialisée dans l’affichage. En 1964, elle inaugure un modèle économique original : le groupe JCDecaux offre à la ville de Lyon de construire « gratuitement » des abris pour les usagers des transports municipaux. En échange, il obtient le droit d'y afficher de la publicité : l’abribus est né.

Depuis, JCDecaux s'est associé à de nombreuses villes. En échange de l'exploitation de leurs espaces publicitaires, le groupe installe des stations de tramway, des arrêts de bus… et des vélos.

Cyclocity surfe sur la vague des transports propres

À partir des années 2000, les transports propres ont le vent en poupe. JCDecaux et son concurrent Clear Channel développent l’un et l’autre des offres de vélos à la demande. Une fois encore, le groupe va se démarquer en jouant la carte lyonnaise.
Contre l'obtention du marché de l'affichage publicitaire dans la ville, JCDecaux installe le réseau de vélos en libre service Vélo'v. Breveté sous le nom de Cyclocity, le système séduit rapidement de nouvelles collectivités. Il permet à l’entreprise de gagner des marchés d’affichage dans le monde entier. Paris l’adopte en 2007 et le baptise Vélib’. De Brisbane à Dublin en passant par Besançon, 29 agglomérations réparties dans 13 pays financent aujourd’hui des réseaux Cyclocity via leurs recettes publicitaires.

e-VLS, le prochain atout de JCDecaux

En avril 2015, JCDecaux a annoncé le lancement d’un nouveau service. E-VLS, c’est son nom, est un vélo à assistance électrique compatible avec les infrastructures Cyclocity existantes. Jean-Charles Decaux, codirecteur général du groupe, se félicite de ce qu’il présente comme « un mode de déplacement différenciant et complémentaire de toutes les offres de transport ».
Cette nouvelle offre est surtout un relais de croissance important pour l’entreprise : la plupart des métropoles majeures de la planète ont déjà adopté le vélo en libre service et sont dotées d’abribus depuis belle lurette. L’e-vls devrait permettre au leader de l’affichage de prendre de l’avance sur ses concurrents afin de conserver, voire d’élargir, ses parts de marché.