s'inscrire / se connecter
Quand la mobilité s’expérimente à deux

Suivre son conjoint sans stopper sa carrière

 

La mobilité, un choix pas toujours évident pour les alumni et leur entourage ? Quand on part en couple, l’expérience doit être une réussite pour tous les deux. Un besoin dont un nombre croissant de spécialistes des ressources humaines tiennent compte.

 

La mobilité, une expérience qui se prépare… conjointement

conjoint_expat_400Dans une interview pour le site Focus RH, Didier Hoff, avocat associé chez Ernst & Young, avançait un chiffre parlant concernant les expatriations : l’échec de 75 % d’entre elles s’expliquerait par les problèmes familiaux rencontrés. Voilà qui, en plus des dommages humains, représente un coût financier non négligeable pour les entreprises. Désormais, elles anticipent. Comment ? En prenant en compte les attentes d’un acteur essentiel dans la réussite d’une expérience de mobilité : le conjoint du salarié expatrié.

 

Les grands groupes réagissent

C’est le cas chez L’Oréal, comme l’explique David Payet, directeur de la mobilité internationale dans le groupe, pour le blog du programme Eve. L’entreprise se propose d’accompagner le conjoint du salarié en mobilité dans sa recherche d’emploi : compréhension des enjeux culturels, cours de langue, aide à la rédaction d’une candidature appropriée…

L’Oréal n’est pas seule à déployer cette nouvelle approche des ressources humaines. Le groupe est membre de lInternational Dual Career Network. Une association qui fédère des multinationales et permet aux conjoints de salariés de s’appuyer sur un réseau professionnel présent dans plusieurs grandes métropoles.

 

Préparer soi-même son projet de mobilité

Mais ces pratiques ne sont pas généralisées. Pour négocier un projet professionnel de manière autonome et se positionner comme acteur dans l’expérience de mobilité, le conjoint doit souvent déployer ses propres stratégies.

  • L’Union des Chambres de commerce et d’industrie françaises à l’étranger (UCCIE) constitue un réseau majeur d’entreprises partout dans le monde. Selon les pays, les CCI facilitent la mise en réseau et l’intégration du marché de l’emploi local.
  • La Maison des Français de l’étranger, rattachée au ministère des Affaires étrangères et du Développement international, propose un grand nombre de ressources en ligne, parmi lesquelles des ateliers de préparation à la mobilité (optimisation du CV, coaching d’entretien, etc.)
  • Des initiatives privées commencent à voir le jour. L’agence Expat communication a mis en place à Paris le « job booster cocoon », service destiné à promouvoir la carrière des conjoints de salariés en mobilité. La consultante en mobilité internationale Stéphanie Talleux, auteure de « Conjoint d’expatrié votre carrière continue ! », propose également des ateliers sur les mêmes thèmes.