Ma récente réalisation d'un programme d'échange avec Sciences Po d'août 2016 à mai 2017 en France m'a laissé des souvenirs inoubliables, des expériences enrichissantes et une réflexion réfléchie intemporelle. En rétrospection, ce que la France m'a offert dépassait mes attentes et tout ce qu'il faisait était incroyablement beau. C'était une année qui m'a appris à être plus et à m'inspirer considérablement. Mes réalisations se trouvent dans les connaissances partagées et acquises, dans les amitiés construites et dans la vie réelle de la vie française, quelque chose dont j'ai toujours rêvé. Mon expérience d'être étudiant en France était pleine de surprises, rien de moins qu'une aventure, une belle histoire enveloppée dans une enveloppe cadeau passionnante.
Mon année d'échange de l'Université asiatique pour les femmes (AUW) à Chittagong, au Bangladesh à Sciences Po au campus de Reims, la France a été absolument enrichissante. J'ai terminé mes études sous deux certificats dans les deux semestres et ils étaient «Affaires internationales et stratégie» et «Affaires et économie», respectivement. Le campus de Reims, contrairement aux six autres, se concentre sur deux programmes différents, euro-américains et euro-africains, et j'ai eu l'opportunité de suivre les cours des deux programmes. Étant étudiant en politique, philosophie et économie à AUW, je pourrais raconter et développer mon niveau de connaissance avec ces cours. Chaque classe avait son niveau unique d'enthousiasme et d'engagement et le cadre multiculturel apportait de plus grands arômes et des perspectives aux discussions. Tout en représentant la perspective bangladaise à plusieurs reprises, j'allais de plus en plus avec des discussions sur la culture, la religion, les gens et la société de mon pays. J'ai également fait des activités extra-scolaires avec des associations de campus telles que Interagir, qui travaille pour l'intégration des réfugiés vivant à Reims et un groupe de chanteurs d'acapella, The Vibes, où j'ai participé à de nombreux événements avec mes amis, y compris un événement où J'ai chanté l'hymne national français, La Marseillaise!
Bien qu'il soit difficile de s'habituer au mode de vie systématique, en particulier dans la réalisation de certains travaux administratifs avec ma résidence et pour le traitement du permis de séjour OFII, toute l'expérience de l'adaptation pour deux semestres était excellente. Faire quelques cours avec Alliance Française de Dhaka avant de partir et apprendre le français dans les cours offerts dans Sciences Po a été très utile. Parler en français a été la clé et j'ai essayé d'apprendre autant que possible de mes amis, collègues, médias (comme la radio, les chansons françaises, les affiches murales, les publicités) et bien sûr des rues et des sons de Reims, et aussi Paris et Strasbourg que j'ai visité plusieurs fois pendant mon séjour là-bas. L'utilisation continue de «bonjour», de «merci», de «revoir», etc. m'a laissé une idée immuable de la France, ses gens étant respectueux et polis. La ponctualité de la maintenance du transport, de la précipitation des personnes pour le travail et de la bonne quantité de temps consacrée à la consommation de nourriture m'a laissé surprendre. Les Français aiment la mode, mais je dirais que leur appétit et leur amour pour la nourriture sont plus importants et cela m'a laissé aimer la France plus!
La France m'a paru comme un carrefour d'arènes différentes, dans l'histoire, la politique, le développement sociétal, la nourriture et la mode, et finalement un exemple à suivre. Il y a tant à apprendre et à découvrir des nombreux musées de renommée mondiale situés là, par exemple. Musées
tels que le musée du Louvre, le musée d'Orsay, abritent les nombreuses œuvres d'art et les chefs-d'œuvre historiques à travers les peintures, les sculptures et d'autres objets. Visiter ces endroits était un plaisir et la joie ne connaissait pas de limites! Je serai toujours reconnaissant à la France pour permettre aux étudiants de visiter ces lieux enchanteurs gratuitement. Il était également étonnant de voir la beauté dans la façon dont l'histoire a été respectée grâce à la préservation de ces excellentes œuvres du monde entier et de la manière dont elles ont été conçues pour s'adapter à la modernité qui est toujours présente en France.
J'ai également eu l'impression que la France était un pays P5 quand j'ai vu combien les Français étaient profondément engagés en matière de politique. Il était vivifiant d'entendre et d'entamer des discussions sur les élections présidentielles françaises en 2017 et, finalement, être témoin de l'événement avec des personnes qui chantaient, "Vive la France!". Une telle sensibilisation politique a montré un sens au sein des gens pour aller de l'avant et créer une meilleure société pour toutes les personnes vivant en France, ce qui était vraiment inspirant à voir.
Avec tout ce que j'ai appris et les expériences que j'ai acquises, j'aimerais poursuivre mes études supérieures dans les domaines du développement et de l'élaboration des politiques et, plus tard, travailler dans ces domaines, après avoir terminé mon baccalauréat à AUW. J'ai apporté avec moi l'inspiration de la France et de son peuple, de voir leur travail acharné, leur passion et leur amour pour leur pays et j'aimerais toujours garder cela à l'esprit, travailler pour améliorer. Si les conditions me permettent dans le futur, j'attends avec impatience de construire la relation Bangladesh-France à travers mon travail!
En écrivant ceci, je manque les regards et les odeurs à Reims et à Paris, les pâtisseries, les restaurants proposant des raclettes à partir de fromage, les rues, les cafés, la lumière de nuit. Je trouve la réconfort dans mes souvenirs de me perdre et de me retrouver à nouveau et tout ce que j'ai vu et je souhaite être de retour et ressentir davantage de la France, car c'était un moment exquis que je passais là-bas.