bg
fr
Sites locaux
CV à la française ou à l’anglaise ?

Des détails qui font la différence culturelle

 

Candidats sur un marché de l’emploi international, les alumni sont confrontés aux différences qu’on observe d’un pays à l’autre dans les processus d’embauche. CV de type anglo-saxon ou « à la française » ? Quelques conseils pour éviter les impairs. 
 

Google est votre ami… sauf pour la traduction

cv_anglais_franais_400L’exercice très codé qu’est le CV repose sur des expressions incontournables, aussi bien en français qu’en anglais. Sous l’intitulé anglais « Education », on trouve ce que les Français rangent sous le titre « Formation ». Même en anglais, la tâche se complique selon que l’on s’adresse au marché européen ou nord-américain : à New York, le stage se dit « internship », à Londres « traineeship ». 

Consultez en ligne les modèles de CV disponibles dans la langue-cible. Soumettez votre propre CV rédigé à un relecteur dont c’est la langue maternelle.

 

À chacun ses diplômes

La généralisation du système LMD (Licence – Master – Degree) a homogénéisé la présentation des niveaux de formation. Mais l’enseignement supérieur hexagonal conserve ses particularités : le passage par une classe préparatoire aux grandes écoles (les fameuses « Maths sup’ », « Prépa HEC » etc.) en est une. Précisez la nature et les objectifs de ce type de cursus

 

Des contenus différenciés

Au-delà des diplômes, les employeurs ne sont pas en quête des mêmes renseignements selon les pays.

  • Les CV à la française spécifient l’âge, la nationalité, parfois le statut marital du candidat. Autant de renseignements indifférents aux yeux des Anglo-saxons, qui peuvent y voir des facteurs de discrimination.
  • Les recruteurs anglo-saxons prêtent une attention plus marquée aux expériences qui sortent du contexte professionnel et qui reflètent particulièrement la personnalité d’un candidat.
  • Les CV en langue anglaise se concluent souvent par la mention des références professionnelles ou académiques du candidat.

Certaines pratiques ont tendance à se généraliser d’une aire culturelle à l’autre. Répandue depuis longtemps aux États-Unis, au Canada, en Angleterre ou en Australie, la rubrique introductive qui résume le CV en quelques mots se généralise en France. Elle fait la synthèse entre l’expérience du candidat et ses objectifs professionnels.