s'inscrire / se connecter
Alumni Santé : les métiers de la santé

Soirée Alumni Santé du 12 mai 2016

 

Pour celles et ceux qui n’auraient pas pu participer à la soirée Alumni Santé organisée par le réseau le 12 mai 2016 à l'Institut français du Cambodge, voici un compte rendu succinct afin que vous ne perdiez rien des échanges qui se sont tenus ce soir-là.

Ci-dessous le compte-rendu de la table ronde sur les métiers de santé au Cambodge animée par lr Professeur Tek Chheng, le Docteur Sowath et le Docteur Socheat.
Pour accéder à la conférence donnée par le Docteur Anne-Marie Moulin sur l'histoire des vaccins , cliquez ici.

 

 

Table-ronde : « Être professionnel de santé aujourd’hui : Parcours divers et talents multiples »

 

Les trois intervenants qui ont animé la table ronde sont d’anciens étudiants de l’enseignement supérieur français aux profils très divers. Le Pr. Tek Chheng est médecin pédiatre, directeur adjoint de la Clinique Aspara de Phnom Penh, vice-président de l’Association Cambodgienne de Pédiatrie et il enseigne la pédiatrie à l’université des Sciences de la santé du Cambodge. Le Dr. Socheat est médecin oncologue à l’Hôpital d’amitié khmero-soviétique et il enseigne à l’université des Sciences de la santé du Cambodge ainsi qu’à l’Institut des Sciences de la santé des Forces Royales des Armées Khmères. Le Dr. Sowath est, pour sa part, médecin épidémiologiste à l’Institut Pasteur du Cambodge où il se consacre exclusivement à la recherche, notamment à la recherche préventive.

Tous trois ont souligné que le Cambodge manque de main d’œuvre qualifiée dans le domaine de la santé. Ce constat, ont-ils expliqué, a participé à leurs choix de spécialité et de parcours. De leur témoignage, ils ont choisi de se consacrer à des spécialités scientifiques et cliniques qui, à leur époque, étaient encore jeunes afin de les développer et d’en faire bénéficier le Cambodge et de « préparer l’avenir ». Si cela était vrai du temps de leurs études, et de leur parcours de spécialisation en France, ils estiment que cela est toujours d’actualité aujourd’hui et qu’il s’agit là d’un enjeu majeur.

 

C’est cette volonté d’aller plus loin qui les a poussé à développer des talents multiples comme une ou plusieurs spécialités médicales, la gestion d’établissement de santé, la capacité à enseigner et transmettre, la méthodologie de la recherche clinique et / ou fondamentale. Les mots clés pour le développement d’un système de santé à la pointe, ont-ils chacun répété, sont l’innovation, l’adaptation, et l’ouverture sur l’international. En ce sens, le réseau Alumni a été cité comme une très bonne manière de faire du lien, de s’informer et de se structurer.

Par ailleurs, la recherche en santé a été présentée comme une priorité pour développer le secteur et améliorer l’offre de soin au Cambodge. Car l’offre de soin proposée par les hôpitaux et praticiens de santé dépend étroitement des avancées scientifiques et technologiques que la recherche permet. Sans recherche performante, le perfectionnement des techniques et de la prise en charge des patients progresse bien plus lentement ont-il expliqué. Il a notamment été regretté l’absence de coordination à un niveau national dans ce sens, comme, par exemple, la création d’un ministère en charge de la recherche.

 

Même sans ministère dédié, le cadre règlementaire et législatif relatif à la formation, à la recherche ainsi qu’à l’exercice des professions de santé pourrait être amélioré et contribuer très largement à améliorer l’offre de soin au Cambodge. Parmi les pistes évoquées, l’harmonisation du cadre règlementaire avec les standards régionaux a été qualifiée de très importante, notamment au regard de la récente intégration au sein de l’espace économique de l’ASEAN qui établit un nouvel étalon qualitatif et compétitif à un niveau régional.

 

Enfin, la discussion avec la salle a été l’occasion pour ces trois médecins de revenir sur leur expérience en France et de prodiguer conseils et encouragements aux étudiants présents. Ces échanges ont été illustrés par d’intéressantes anecdotes sur la vie en France, les différences entre les cultures française et cambodgienne ainsi que sur les solides relations interpersonnelles qui se nouent lors de voyages d’études. Ce temps fort de partage a été marqué par l’enthousiasme des étudiants à poser leurs questions et la richesse des réponses fournies par les alumni.