s'inscrire / se connecter
Les crêpes

Et que ça saute !

 

Dans un sondage de 2013 pour la SNCF, Allemands, Belges et Italiens faisaient de la crêpe une star de la gastronomie française. Dessert convivial pour la chandeleur, plat chic servi en brasserie, elle s’adapte à tous les publics.

 

Du glamour à toute épreuve

crepes_400Quoi de plus typiquement français qu’une crêpe chaude dégustée sur le pouce en hiver ? Dès qu’on franchit le seuil d’une brasserie, cette cuisine de rue prend un caractère franchement plus chic avec la célèbre « crêpe suzette », réalisée à base de liqueur d’orange. Avec son flambage spectaculaire, cette recette fait partie des symboles chers aux touristes.

 

Au pays de la krampouezh

En Bretagne, la crêpe, appelée « krampouezh », n’est pas qu’une spécialité, c’est une culture ! Faites avec de la farine de sarrasin et garnies d’une saucisse grillée en plat de résistance, dégustées avec du caramel au beurre salé pour le dessert, les crêpes bretonnes s’accompagnent d’une bolée de cidre. À Paris, elles ont leurs quartiers à Montparnasse, haut lieu de culture bretonne depuis plus d’un siècle.

 

Le jour de l’oracle

La France ne célèbre ni son camembert ni sa baguette, mais la crêpe a son jour de fête : le 2 février, jour de la chandeleur. Cette fête chrétienne qui marque la fin de l’hiver avait valeur d’oracle : en témoigne l’expression  « chandeleur ensoleillée, promesse de gelée ». Les crêpes cuisinées à cette occasion symbolisent le soleil. Mal retournées, elles augurent d’une mauvaise année de culture et doivent être jetées par-dessus l’armoire pour contrer le sort. Preuve que la superstition perdure, la première crêpe finit souvent à la poubelle car considérée comme ratée !

 

Une assiette comestible

Si la France a su porter la crêpe au summum de sa finesse, cette préparation ne connaît pas de frontières. À chaque nation, sa version de la crêpe : pancakes américains, blinis russes, naans d’Inde, mais aussi dorayaki japonais, manouchis libanais ou tapiocas brésiliennes… Voici quelques-unes des variantes de cette préparation dont les premières traces remontent à plus de 7000 ans. Soit bien avant le pain, qui n’est autre que la version « levée » de la crêpe.