(En français avec traduction simultanée.)

Réservation possible sur le site de l'Institut français de Madrid.

De l’enfant rêveur à l’explorateur des pôles, une trajectoire à contrecourant qui le conduira jusque dans les courants de l’Océan Austral.

« Désormais, le temps de mon existence sera celui de mes projets. J’imaginerai et ferai vivre mes rêves » : j’ai écrit ces mots sur mon journal de bord en arrivant au pôle Nord. Tout part de la force d’une idée. C’est précieux une idée qui soudainement vous habite, oriente et mobilise ses pensées, ça n’arrive pas plus qu’une poignée de fois dans sa vie. Alors commence le long chemin vers sa réalisation : du temps, du travail et de la persévérance. C’est ainsi que j’ai inventé ma vie. » Jean Louis Etienne.

Après une formation de tourneur-fraiseur, Jean Louis Etienne réalise un internat en chirurgie. Il met ensuite à profit ses compétences de médecin afin de réaliser son rêve d’enfant : partir à l’aventure, explorer le monde. Il fait ses premières explorations en tant que médecin d’expéditions, et découvre ainsi l’Atlantique, avec l’incontournable Eric Tabarly, le Groenlandia l’Himalaya ou encore la Patagonie. En 1986, il réalise sa première grande aventure personnelle et devient le premier homme à atteindre le pôle Nord en solitaire.

C’est le début de nombreuses expéditions à vocation pédagogique et écologique. Explorateur engagé et infatigable, à 71 ans, Jean-Louis Etienne monte sa prochaine expédition, un bateau vertical de 80m, le Polar Pod, pour explorer le puit de carbone mondial qu’est l’océan Austral. Il s’agit de la première campagne océanographique « zéro émission », dont l’objectif est de récolter des données environnementales. Dans sa conférence, Jean-Louis Etienne nous parlera de son enfance, et de ce chemin sinueux l’ayant conduit jusqu’à son nouveau projet, celui du Polar Pod, sur lequel il s’attardera. Un récit qui incitera à changer notre regard sur le monde, à inventer notre propre vie.  Cet événement s’inscrit dans la saison culturelle TIFE 2018 dont le thème est « L’homme et la machine », et dans le cadre de Novembre Numérique ; il est par ailleurs soutenu par le Fonds D’Alembert.