Source RFI par Sébastien Jédor : http://www.rfi.fr/culture/20171030-le-kenyan-evans-mbugua-expose-portraits-pop

A 37 ans, Evans Mbugua s'impose comme l'une des figures montantes du pop art. Le Kenyan s’expose à la galerie Art Z, à Paris, jusqu’au 12 novembre 2017. Repéré par Olivier Sultan, galeriste spécialiste de l’art africain, ce plasticien – qui a fait ses études en France – réalise des portraits sur plexiglas, très colorés et très modernes.

Il y a deux parties dans les œuvres d'Evans Mbugua. Le fond du tableau ressemble à un tissu couvert de motifs stylisés, répétitifs. Ces pictogrammes, l’artiste les repère dans les grandes villes comme Paris, où il travaille, ou Nairobi, où il est né. Par-dessus, sur une plaque de plexiglas, Evans Mbugua réalise des portraits, de célébrités ou d'inconnus.

Ses dessins sont composés d'une myriade de petits points de couleur, qui changent la perception du spectateur : une tresse, des lèvres, des lunettes, se dégagent. « Mes personnages apparaissent et disparaissent du fond du tableau : c’est une métaphore du côté caché de chacun de nous », explique Evans Mbugua. « Ce qui est en jeu, c’est le dialogue entre ce que l’on veut montrer et ce que l’on veut cacher. »

« Je n’ai pas peur des couleurs »

Diplômé en design graphique, Evans Mbugua a étudié les Beaux-Arts à Pau, dans le sud-ouest de la France. Ses tableaux, ses affiches de films (Félicité d’Alain Gomis), ses couvertures de livres (L’Ivresse du sergent Dida, d’Olivier Rogez) dégagent une gaité colorée, dans la lignée du pop art.

« Je n’ai pas peur des couleurs », clame l’artiste, « regardez, nous sommes en automne, les feuilles des arbres sont spectaculaires – rouge pétant, orange, jaune, etc. Je trouve que les couleurs que j’utilise sont les couleurs de la nature ».

Evans Mbugua a travaillé 10 ans comme directeur artistique dans la publicité. Aujourd'hui, dans ses tableaux, il s'emploie « à célébrer la joie de vivre ».

Mais aussi