1. ¿Pour quoi as-tu choisi d´étudier en France?

La France est un pays clé dans l’histoire de l’architecture. Actuellement,  elle continue d’être une référence internationale en matière d’innovation technologique et formelle.

 

2. ¿Pour quoi as-tu choisi cette école?

L’ENSA Paris Malaquais est située au sein des installations de l’École Nationale des Beaux- Arts, qui auparavant était le seul endroit en France où il était possible d‘étudier l’architecture. Il était clair pour moi, qu´une formation universitaire de qualité au sein d’un site historique par excellence m’offrirait une expérience formidable.

 

3. ¿En quoi a-t-il consisté le concours “Projet de surélévation dans le contexte urbain » et quel a été le projet que tu s présenté ?

Le concours a été lancé par ConstruirAcier, une organisation française qui se consacre à la promotion de l’utilisation de l’acier dans la construction. L’objectif était de réaliser un projet qui souligne les qualités de ce matériau, à développer sur le toit d’un bâtiment existant de 5 étages, au 13ème Arrondissement de Paris.

Le défi : l’analyse de la structure existante, de la faisabilité du programme, de l’analyse structurale, de la nouvelle structure et du processus de construction.
Le projet présenté proposait un équipement pour les habitants de l’immeuble  et pour les activités physiques à faible impact. L’ensemble des volumes proposés était élevé, laissant la terrasse libre d’entreprendre des activités supplémentaires, et le matériel principal proposé est weathering, également connu sous le nom l’acier Corten qui change d’apparence au fil du temps, ce qui donne comme résultat une esthétique qui évolue avec son utilisation.

 

4. ¿Qu'est-ce qui a signifié pour toi le fait d'avoir gagné  la première place du concours "Projet de surélévation dans il contexte urbain" ?

 

Une grande satisfaction à pouvoir démontrer la qualité de notre éducation au Mexique. J’ai également apprécié  l'opportunité de compléter ma formation avec une nouvelle vision en tant qu’architecte.

 

5. ¿Professionnellement, comment ton expérience en France est en train de te changer ?  C’est un changement de paradigme total. Il y a une très grande différence entre le rôle de l’architecte au Mexique et en France. Je me suis approchée beaucoup plus de l'innovation, des nouvelles technologies énergétiques et du processus de conception.

 

6. ¿À la fin de ton Master en France, quel est ton projet à ton retour au Mexique, et comment penses-tu maintenir ton relation avec la France ? 

 

Le Mexique a beaucoup de domaines d’opportunité dans le secteur de la construction et l’aménagement urbain. En particulier, je voudrais participer à la construction de logements sociaux durables, cherchant toujours à améliorer la qualité de nos villes. La France sera pour moi un point de référence des solutions urbanistiques et architecturales, desquelles je pourrais toujours apprendre.