L’exposition a été inaugurée par représentantes de l’Ambassade de France en Ouzbékistan, notamment le Conseiller de coopération et d’action culturelle, Mme Isabelle Kaelbel, l’Attachée de coopération éducative, Mme Sophie Gindt, la présidente de la chaîne de restaurants Caravan, Mme Natalya Musina, le chef du bureau de représentation de l’entreprise « UZTEX », M. Jean-Claude Beaujean, le président de l’Alliance française, M. Shoazeem Minovarov, et directeur de l’AFT, M. Dilshod Akhmedov.

Etait exposée une large sélection d’étoffes nationales ouzbèkes comme la soie, le coton, l’adras, le choïy, l’ikat faits main par des artisans de Marguilan, qui sont à la fois l’art et l’histoire d’Ouzbékistan.

Des panneaux de créations textiles et des livrées royales fabriquées par les élèves du Lycée La Martinière Diderot à Lyon en coopération avec l’usine ouzbèke « Yodgorlik » sont également présentés, résultats d’une coopération entre les deux structures qui avaient déjà été exposés en novembre dernier au public de la Tashkent Fashion Week.
Les trois costumes de livrées royales du 18ème siècle ont été mises au point et confectionnées par les élèves costumier-réalisateurs du Lycée La Martinière Diderot à partir d’ikat pour revisiter les motifs traditionnels de tissus ouzbeks, et les intégrer au patrimoine théâtral français.
Quant aux 11 panneaux de motifs textiles néo-orientaux, ils ont été élaborés par 11 étudiants du Lycée La Martinière Diderot selon un axe de recherche artistique personnel, proposant des visuels et des échantillons textiles autour de leur univers, pour construire une nouvelle définition de l’orientalisme contemporain.
Les visiteurs ont pu admirer des travaux emblématiques de la coopération franco-ouzbèke dans le domaine du textile : la valorisation du savoir-faire des artisans de la route de la soie grâce à la créativité et l’innovation technologique des jeunes créateurs français.

Les plus gourmands ont pu s’initier à l'art des maîtres chocolatiers belges grâce à la démonstration et la dégustation de chocolats belges par l’atelier « Viva Maria ».

Mais aussi