Inscription à la newsletter
s'inscrire / se connecter

Sites pays et partenaires

Membres :
0 200 500 1000 2000 5000 10000+
Actualités
Partager sur :

Présidentielles 2017

05 mai 2017 Affaires
Vue 249 fois

Économie, philosophie, volley-ball… Quelles études les candidats à l’élection présidentielle ont-ils suivies dans leur jeunesse ?

Quatre hauts fonctionnaires sur onze

L’École nationale d’administration (ENA) est traditionnellement présentée comme la voie royale vers l’exercice du pouvoir. Mais parmi les onze candidats à l’élection présidentielle de 2017, seuls quatre ont fréquenté les bancs de cette école des hauts fonctionnaires créée en 1945.

François Asselineau : le président de l’Union républicaine populaire est par ailleurs diplômé de l’École des hautes études commerciales (HEC).

Jacques Cheminade : fondateur de Solidarité et progrès, il est également diplômé d’HEC et détenteur d’une licence de droit.

Nicolas Dupont-Aignan : le candidat de Debout la France est aussi diplômé de Sciences Po Paris. Il possède par ailleurs une licence en droit et un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en gestion de l’entreprise et des marchés financiers de l’université Paris-Dauphine.

 

Emmanuel Macron : après deux ans de classes préparatoires au lycée Henri-IV à Paris, le leader d’En Marche ! a obtenu une maîtrise ainsi qu’un diplôme d’études approfondies (DEA) de philosophie à l’université Paris-Nanterre avant d’entrer à l’ENA.

Pénal ou public, le choix du droit

Deux candidats ont suivi exclusivement des études de droit :

François Fillon : le candidat des Républicains détient une maîtrise de droit public, obtenue auprès de l’université du Maine, ainsi qu’un DEA de droit public de l’université Paris-Descartes.

 

Marine Le Pen : diplômée d’une maîtrise en droit et d’un DEA de droit pénal de l’université Panthéon-Assas, la présidente du Front national possède également un certificat d’aptitude à la profession d’avocat (Capa) de l’École de formation professionnelle des barreaux de la cour d’appel de Paris (EFB).

À gauche, les sciences humaines et sociales

Histoire, philosophie ou encore économie : les parcours des candidats des partis de gauche montrent un intérêt plus marqué pour les sciences humaines et sociales.

Nathalie Arthaud : la candidate de Lutte ouvrière a commencé son éducation supérieure par un cursus sports-études en volley-ball au lycée Auguste et Louis Lumière à Lyon. Elle est aujourd’hui agrégée d’économie et de gestion et détentrice d’un certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement de second degré (Capes).

Benoît Hamon : candidat du Parti socialiste, il possède une licence d’histoire obtenue à l’université de Bretagne-occidentale.

Jean-Luc Mélenchon : le fondateur de La France insoumise est licencié en philosophie de l’université de Besançon. Il détient également un Capes en lettres modernes.

Deux parcours atypiques

Dans ce panorama académique, deux candidats font figure d’outsiders :

Jean Lassalle: le leader de Résistons ! a suivi des études de technicien agricole spécialisé dans l’hydraulique et l’aménagement du territoire.

Philippe Poutou : le candidat du Nouveau parti anticapitaliste s’est lancé directement dans la vie professionnelle après avoir été recalé au baccalauréat mécanique.

Loin des clichés qui donnent à penser que tous les candidats ont le même profil, on voit par ce tour d’horizon que tous les chemins peuvent mener à la politique.

 

Carrousel et bandeau © DR

 




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.