s'inscrire / se connecter
Portrait : Flavia Ferrari

flaviaUne entrepreneure argentine ancrée dans la culture française

Lauréate d’une bourse d’excellence qui lui a permis d’étudier en France, Flavia Ferrari Inchauspe  a fondé en Argentine une entreprise d’accessoires de mode. Elle préside aujourd’hui l’association des Anciens des lycées français du monde.

Un parcours à d’excellence de Buenos Aires à Paris

Flavia Ferrari Inchauspe effectue sa scolarité au lycée franco-argentin Jean Mermoz, à Buenos Aires. L’obtention d’une bourse du programme Excellence-Major de l’AEFE (Agence pour l’enseignement français à l’étranger) lui permet de partir en France pour intégrer à Paris une classe préparatoire littéraire. Puis elle choisit de réaliser un rêve en s’inscrivant à la Sorbonne. « Grâce à ces études, j’ai pu développer, à plus de 11 000 km de chez moi, une maîtrise subtile de la langue et une réelle pluridisciplinarité, avec pour objectif l’excellence. »

Elle entre ensuite à Sciences Po Paris. Son projet entrepreneurial est sélectionné pour intégrer l’incubateur de l’école. L’objectif : donner une dimension internationale à l’entreprise d’accessoires de mode qu’elle avait lancée en Argentine avant son arrivée en France. Aujourd’hui, les créations familiales « Las Penelope » s’exportent jusqu’aux États-Unis et au Japon.

Un réseau francophone aux points d’enracinements démultipliés

En 2013, elle est élue à la tête de l’association des Anciens des lycées français du monde (ALFM). Les membres de ce réseau international ont en partage l’ensemble des valeurs transmises par l’éducation française. Elles sont constitutives de leur identité au même titre que la culture de leur pays d’origine. Le parrainage d’étudiants ou la mise en relation entre anciens élèves renforcent des liens tissés sur le plan personnel, académique ou professionnel, et qui font fi des frontières.

La présidente de l’AFLM incarne parfaitement cette génération nourrie d’apports culturels divers et qui évolue dans un cadre globalisé : « Nous sommes fiers et conscients de nos origines. Nos racines ne constituent plus un obstacle mais un atout pour notre déploiement dans le monde. »