s'inscrire / se connecter
OpenClassrooms, une success story française

Le site s’ouvre à l’international

 

Leader de la formation en ligne, OpenClassrooms vise le marché international et déploie son offre dans plusieurs pays africains.

 

Des MOOCs avant l’heure

En 1999, Matthieu Nebra a 13 ans et souhaite créer un site Internet. Frustré de ne pas trouver de formation en ligne sur le sujet, il écrit le tutoriel qu’il aurait voulu lire et le met en ligne. Le site, appelé Site du Zéro, devient petit à petit une plateforme de formations sur laquelle chacun est à son tour élève et professeur de code, d’architecture réseau ou de suivi de projets web. En 2007, alors encore étudiants, Matthieu Nebra et son acolyte Pierre Dubuc fondent leur start-up pour continuer à gérer et développer le site. C’est en 2013 qu’ils la rebaptisent OpenClassrooms dans le but affiché de déployer l’activité à l’international.




Une certaine vision de l’éducation

Au départ spécialisé dans la formation aux métiers des secteurs informatiques et des nouvelles technologies, le site s’est depuis ouvert à d’autres secteurs. Aujourd’hui, plus de 1 000 MOOCs ouverts à tous sont disponibles sur la plateforme OpenClassrooms. Le leitmotiv affiché des fondateurs ? Décloisonner le savoir pour que tout le monde, sans restriction, puisse se former à tout moment. Aucun prérequis n’est en effet nécessaire pour s’inscrire à une formation sur le site et bénéficier des cours gratuits. Seuls des services supplémentaires comme le suivi par un mentor sont payants.

 

Le site leader de la formation en ligne 

Réunissant désormais plus d’un million d’abonnés, OpenClassrooms a levé 6 millions d’euros fin 2016 pour développer des cours en anglais et en espagnol et construire des partenariats internationaux. Partenaire de Pôle emploi en France, qui fait bénéficier tous les demandeurs d’emploi d’un accès premium, le site vise désormais les agences pour l’emploi des pays francophones, notamment en Afrique. Il délivre d’ores et déjà des formations certifiantes et des diplômes d’État, comme les centres de formations plus traditionnels, en France, en Tunisie et au Maroc. Bientôt des alumni diplômés sur Internet ?

 

©OpenClassrooms