C’est à partir du plus grand campus de startups au monde, la Station F, à Paris, que le Chef du gouvernement Youssef Chahed annonce que la Tunisie mise sur le digital et l’entrepreneuriat des jeunes. “L’avenir est là” martèle-t-il.

Impressionné par le concept, Chahed a fait savoir qu’il ambitionne de décliner ce projet en Tunisie. “Nous souhaitons avoir notre station T bientôt” lance-t-il en soulignant que tous les ingrédients sont réunis pour l’épanouissement de la Tunisie en ce secteur promoteur.

Il a évoqué le dynamisme de l’écosystème entrepreneurial dans le pays, la motivation des jeunes et la bonne formation auxquels s’ajoute la proximité avec l’Europe. Des atouts qui font de la Tunisie un pays à fort potentiel.

D’après lui, il n’est plus possible de recruter dans le secteur de la Fonction publique et il est, désormais, temps de donner un nouveau souffle à l’initiative privée et aux startups étant donné leur haute capacité de recrutement et leur valeur ajoutée, rapporte le correspondant de la radio Mosaïque Fm.

“C’est notre orientation stratégique” poursuit-il en affirmant que le gouvernement est fermement engagé à rattraper son retard en facilitant les procédures et en encourageant les jeunes à lancer leurs projets et s’internationaliser.

Le mercredi 13 février 2019, le ministère des TIC a annoncé la nomination des membres de la commission d’octroi du label “startup”. Une avancée importante qui laisse le projet Startup act prendre forme afin octroyer des d’avantages fiscaux, financiers et sociaux aux investisseurs et aux jeunes entrepreneurs.

En marge de la visite d’État du président français, Emmanuel Macron, en Tunisie l’année dernière, le fondateur de “Station F” Xavier Niel a accordé au HuffPost Tunisie une interview exclusive, au cours de laquelle, il est revenu sur la transformation digitale en Tunisie.

“C’est formidable de voir ces jeunes qui entreprennent et qui ont envie de prendre leur destin en main. En Tunisie, de belles initiatives éclosent tous les jours comme les startups Wattnow, iFarming, et tant d’autres qui sont encore dans les cartons” dit-il promettant un avenir radieux aux startups tunisiennes.

“Je crois que plus on encouragera cet esprit entrepreneurial et cette économie digitale, plus on aura de chance de voir éclore des grandes sociétés!” affirme-t-il.

Pour lui, c’est à travers le numérique que la Tunisie peut rebooster son économie: “Le numérique est l’un des axes de développement pour insuffler une nouvelle dynamique dans ce pays ultra-compétitif au niveau du bassin méditerranéen, où le niveau de qualification globale est élevé” ajoutant qu’un “véritable travail est fait ici pour encourager les investissements étrangers. Il faut continuer d’encourager ce rayonnement prometteur et le faire mieux connaître par-delà vos frontières pour inciter toujours plus d’entreprises étrangères à s’impliquer” conclut-il.

(Article : Huffpostmaghreb - Wafa SAMOUD 14/02/2019)

Mais aussi