Inscription à la newsletter
s'inscrire / se connecter

Sites pays et partenaires

Membres :
0 200 500 1000 2000 5000 10000+
Actualités
Partager sur :

Employabilité des diplômés des grandes écoles : un net rebond après la crise sanitaire

28 juin 2022 Affaires
Vue 443 fois

La Conférence des grandes écoles (CGE) a publié en juin sa traditionnelle enquête d’insertion conçue pour évaluer l’employabilité des diplômés des grandes écoles. L’édition 2022 marque la sortie de la crise sanitaire et démontre, selon la CGE, une réelle capacité de rebond du modèle français des grandes écoles. Pour les diplômés de la promotion 2021, le taux net d’emploi est en forte hausse : avec un taux de 89,8 %, il progresse de plus de 10 points et retrouve les niveaux des années d’avant-crise. Un niveau record depuis deux décennies, selon la Conférence.

Depuis 30 ans, la Conférence des grandes écoles (CGE) publie chaque année une enquête sur l’insertion professionnelle des diplômés des écoles qu’elle représente. Comme l’écrit le Président de la Conférence, "c’est dans nos établissements, forts de leur diversité et riches du modèle grandes écoles, que se forment aujourd’hui celles et ceux qui feront véritablement le monde de demain".

 

Une situation loin de la crise sanitaire

Selon la CGE, le contexte économique général est aujourd’hui plus "favorable au recrutement des jeunes diplômés". L’enquête montre en effet que, pour l’ensemble des diplômés de la promotion 2021, "le taux net d’emploi de l’année 2022 se rétablit et augmente davantage qu’il n’avait chuté l’an passé". Avec un pourcentage exact de 89,8 %, il progresse de plus 10,7 points. Il retrouve ainsi "les niveaux élevés atteints lors des années d’avant-crise" et "marque même un niveau record depuis deux décennies".

La CGE souligne que si ce rebond est commun à tous les types d’écoles, les ingénieurs bénéficient quant à eux du taux net d’emploi le plus élevé (91,1%, plus 11,7 points). Ils sont suivis des étudiants en management (88,6%) et des diplômés des autres écoles (85,9%). Concernant les modalités de recrutement, la CGE note que celui-ci est "rapide après l’obtention du diplôme pour tous les types d’écoles, et autant pour les femmes que pour les hommes". Ainsi, plus de huit diplômés en emploi sur dix (83,6 %) ont été recrutés en moins de deux mois. Et, ajoute la CGE, pour une grande part des diplômés, le contrat a été signé avant l’obtention du diplôme.

Peu de changements dans les choix de secteurs d’activité

Pour ce qui concerne les secteurs d’activités, la CGE note assez peu de changement d’une enquête à l’autre, même si les préférences sont plus marquées :

  • les étudiants ingénieurs préfèrent les sociétés de conseil, d’ingénierie et les bureaux d’études (25,1 %) ainsi que les activités informatiques (22,2 %). La construction-BTP se maintient au 3e rang avec 7,3 % des emplois, suivie par l’industrie des transports (5,4 %) puis le secteur de l’énergie (4 %). Dans l’ensemble, note la CGE,  l’industrie représente 22,1 % des emplois d’ingénieurs, un niveau comparable à celui de l’an dernier ;

  • du côté des diplômés d’écoles de management, plus d’un étudiant sur trois (34,7 %) choisit les sociétés de conseil, tandis que 16,1% d’entre eux s’orientent vers les activités informatiques. Le secteur de la banque et des assurance arrive en 3e position (14,8 % des recrutements) et les activités de commerce se maintiennent au 4e rang (9,5 % des emplois).

A noter que près de 12 % des diplômés exercent un emploi à l’étranger, mais ce chiffre est en recul pour tous les diplômés, sauf pour les managers et les diplômés d’autres grandes écoles.

 

De bonnes conditions de recrutement, avec un bémol pour le salaire des femmes

Sur un plan qualitatif, l’enquête de la CGE montre que la satisfaction des diplômés en emploi est élevée. La quasi-totalité des jeunes qui sont en activité (90,1 %) déclare en effet occuper un emploi qui correspond à leur niveau de qualification.

Dans l’ensemble, les conditions de recrutement se sont révélées très bonnes, à tel point que 86,1 % des diplômés en poste ont le statut de cadre et que la part des contrats à durée indéterminée (CDI) atteint le niveau d’avant la crise sanitaire, en remontant « de 4 à 7 points pour atteindre 81,8 % de l’ensemble des diplômés, tous types d’écoles confondus ».

De même, selon l’enquête, les salaires dépassent leur niveau d’avant-crise. Chez les diplômés travaillant en France, le salaire brut annuel moyen augmente de 3,1 % en un an. Seule "ombre au tableau", comme l’écrit la CGE, les écarts de salaire entre hommes et femmes. En 2022 en effet, pour la promotion sortante travaillant en France, "les écarts de salaires entre hommes et femmes perdurent (+ 5% pour les hommes), même s’ils sont moindres que ceux observés dans l’enquête précédente".

 

Pour en savoir plus : 

L'enquête sur l'insertion professionnelle des diplômés 2022

 

Crédit photo : ©Pixel-Shot - stock.adobe.com

 

 




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.