Inscription à la newsletter
s'inscrire / se connecter

Sites pays et partenaires

Membres :
0 200 500 1000 2000 5000 10000+
Actualités
Crédit: Dennis Jarvis (CC BY-SA 2.0)
Partager sur :

Patrimoine mondial de l'UNESCO : sept nouvelles propositions françaises pour conserver la mémoire du monde

13 juin 2023 Affaires
Vue 465 fois

Le 18 mai dernier, le conseil exécutif de l’UNESCO a approuvé sept propositions françaises pour les inscrire au patrimoine mondial, dans la catégorie Mémoire du monde. Parmi celles-ci figurent des trésors français, tels que les Essais de Montaigne, la tenture de l’Apocalypse d’Angers ou encore le film Shoah réalisé par Claude Lanzmann.

Le programme Mémoire du monde, créé par l’UNESCO en 1992, a pour objectif de protéger un patrimoine documentaire, en prévenant sa perte irrévocable, et de permettre aussi sa diffusion « dans toute sa diversité ». Il s’agit « d’éviter l’amnésie collective et de promouvoir la conservation des collections d’archives et de bibliothèques partout dans le monde ». A ce jour, précise l’UNESCO, ce programme compte 494 documents et collections documentaires originaires des cinq continents en formats divers : imprimé, graphique, audiovisuel, numérique. Le programme Mémoire du monde permet ainsi de sensibiliser le public aux questions fondamentales de sauvegarde d’un patrimoine, qui « constitue l’empreinte de notre histoire et contribue à la construction de nos identités ». Pour cette nouvelle session, 64 candidatures ont été retenues sur les 99 propositions émanant des États membres.

 

Deux propositions nationales

La France, dont l’UNESCO salue « l’investissement actif de ses institutions dans la valorisation du patrimoine documentaire, notamment grâce à de précieux partenariats et collaborations nationales et internationales », a pour sa part présenté sept propositions qui ont toutes été retenues.

Parmi celles-ci, figurent d’abord deux propositions qualifiées de « nationales », présentées par des villes ou des collectivités locales françaises, qui concernent un patrimoine uniquement national :

  • les Essais de Montaigne, exemplaire de Bordeaux, daté de 1588, présenté par la ville de Bordeaux. Selon le site internet de l‘UNESCO, il s’agit d’un exemplaire couvert d’annotations de la main de l’auteur qui représente « le seul témoignage subsistant de l’écriture originale de ce texte fondateur et le point d’observation unique de Montaigne à l’œuvre, pièce maîtresse d’un patrimoine littéraire universel » ;
  • la tenture de l’Apocalypse d’Angers, présenté par la ville d’Angers, qui constitue la plus ancienne et plus grande tenture historiée au monde (d’une surface de 800 m2), illustrant le dernier livre de la Bible dont « le message se veut universel ». Selon l’UNESCO, « sa forme novatrice, son sujet et ses usages en font une source documentaire irremplaçable » et, selon le ministère français de la culture, cette inscription « va permettre de renforcer sa conservation et d’assurer un accès universel à ce patrimoine insigne ».

 

Cinq candidatures transnationales

Les candidatures transnationales, comme leur nom l’indique, sont des propositions patrimoniales émanant de plusieurs pays, dont la France. Parmi celles-ci, l’UNESCO va inscrire :

  • Shoah, le film du français Claude Lanzmann, d’une durée de 9h10, dont on va conserver notamment le négatif original et les archives audio des témoins de l’histoire de la Shoah, présenté par la France et le Musée juif de Berlin. Ce « film-monument », qui revient sur l’extermination de six millions de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, a été réalisé durant 12 années. Il s’agit, souligne l’UNESCO, « du premier recueil de témoignages, filmés dans les années 1970, au terme de 30 ans de quasi silence de beaucoup des rescapés » et qui constitue « une œuvre éducative majeure » ;
  • le corpus des registres identifiant les personnes en esclavage dans les anciennes colonies françaises, présenté par les Archives départementales de Martinique, Guadeloupe, Guyane, Réunion, la Fondation pour la mémoire de l’esclavage et les Archives d’Haïti. L’UNESCO rappelle en effet que l’esclavage, « en niant un statut civil aux personnes considérées comme des propriétés et des outils de production, a produit peu de traces documentaires » sur l’identité et sur la vie de ces personnes ;
  • les archives du Mouvement international ATD-Quart Monde. Ces archives conservées en France et au Burkina Faso, rendent compte de la vie des populations misérables sur les cinq continents et de l’action du mouvement ATD-Quart Monde « pour agir ensemble contre la misère ». Elles retracent les preuves de ces souffrances, mais aussi « les résistances, espérances et intelligences » qui contribuent « à la compréhension de la misère comme violation de l’ensemble des droits humains et à la lutte pour l’éliminer » ;
  • les manuscrits enluminés de la Cour de Charlemagne. Ces manuscrits, conservés dans les bibliothèques de Trèves, Bucarest, Londres, Vienne, Abbeville et la Bibliothèque nationale de France, ont été réalisés par les plus fameux artistes autour de l’an 800. Ils sont des « témoignages de l’art roman et byzantin » qui « attestent des prouesses et des influences créatives et culturelles de l’empire carolingien » ;
  • les archives des Conseils internationaux de physique et de chimie Solvay (1910-1962), présentées par l’International Solvay Institute avec le soutien de l’Université́ libre de Bruxelles, de l’École supérieure de physique et de chimie industrielles et de l’Université Paris Sciences et Lettres (PSL). Ces archives représentent, selon l’UNESCO, des « témoins sensibles de l’internationalisme scientifique qui s’organise au début du XXe siècle ». Elles sont issues des « Conseils Solvay », qui étaient des « espaces privilégiés de rencontre de sommités de la communauté scientifique » où est d’ailleurs née « la théorie de la relativité et l’émergence d’une chimie nouvelle fondée sur l’exploration de la structure de l’atome et des liaisons chimiques ».

A noter que ces nouveaux pans du patrimoine documentaire rejoignent les 14 éléments français déjà inscrits sur le registre international Mémoire du monde, tels que la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, les archives de Louis Pasteur, le corpus des œuvres cinématographiques des frères Lumière ou encore l’Appel du 18 juin 1940 du Général de Gaulle.

Pour en savoir plus

 

 

 




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.