Début : 23/05/2018 - 08h55
Fin : 25/05/2018
Roskilde Universitet Center - - Universitetsvej 1 - 4000 - Roskilde

Du 23 au 25 mai prochains, l’Université de Roskilde (RUC) organisera un séminaire international intitulé « Migrations, développement et citoyenneté » en partenariat avec l’APAD (Association Pour l’Anthropologie du changement social et du Développement), l’Agence française de développement et l’Université de Copenhague

 

  • entrée libre

 

La « crise des migrants » que traverse le monde depuis quelques années nous amène à repenser en profondeur le lien entre migrations, développement, et citoyenneté. Les mouvements de populations et les migrations entre sociétés ou au sein de mêmes groupes ont façonné le monde pendant des siècles. Les Etats ont imaginé divers moyens pour organiser et contrôler les mouvements de populations en accordant ou en restreignant l’accès des « migrants » aux ressources et aux services auxquels ils pouvaient aspirer. 
Le renforcement du controle aux frontières africaines, européennes et américaines, reflètent une certaine convergence entre les logiques sécuritaire, de développement et de citoyenneté. Pourtant, ces politiques de restriction n’empêchent pas les migrations d’avoir lieu, elles ne font que les rediriger vers des axes secondaires. Les mesures coercitives modifient la manière dont les migrants ou les réfugiés s’adaptent, s’insèrent dans leur société d’accueil, et conservent des relations avec leurs familles à la «maison» ; et affectent au final leur sentiment d’appartenance et d’identité.

Ce séminaire se fixe pour objectif de questionner la relation entre migrations, développement et aide humanitaire et les liens qu’ils peuvent avoir avec les notions de citoyenneté et de changement social. Pour ce faire, les chercheurs invités à participer à ces trois journées d’étude tenteront notamment d’éclaircir la manière dont ces nouveaux modèles de migration produisent de nouvelles pratiques et conceptions de la citoyenneté, ce que cela signifie pour les groupes de migrants et les communautés d’accueil, et comment cela affecte les politiques publiques dans les pays d’origine, d’accueil et de transit.

Créée en 1991, l’APAD a pour but de promouvoir les échanges scientifiques et le dialogue entre les chercheurs en anthropologie et sciences sociales, les acteurs du développement et le monde politique, autour des problématiques du changement social et du développement, en Afrique et ailleurs.