2017 a vu la victoire des femmes africaines

 

La doctorante Marielle Yasmine Agbahoungbata a remporté, le 28 Septembre, la finale internationale de « Ma thèse en 180 secondes », un concours de vulgarisation scientifique. Cette 4ème édition 2017 qui se déroulait à Liège en Belgique, a non seulement été largement dominée par l’Afrique mais aussi par les femmes (15 candidates sur 20 au total). La lauréate, originaire du Bénin, présentait une thèse sur les eaux usées.

Cette édition a été marquée par une forte hausse du nombre de pays représentés : de 10 pays l’an dernier à 15 cette année dont 7 situés sur le continent africain. Les femmes représentent 3 des 5 lauréats, avec outre le premier prix à Marielle Yasmine Agbahoungbata, un prix du public obtenu ex aequo par Sabrina Fadloun, de la Communauté Université Grenoble Alpes, qui avait remporté la finale française avec son « équipe de saut en longueur » composée d’électrons « entraînés par Usain Bolt ». Le troisième prix a été remis à Sarah Olivier de l’université de Genève (Suisse). Le titre de sa thèse : La Mémoire mérovingienne au travers de ses réécritures. Transmission, renouvellement, légitimation (XIVe-XVe siècles).

En savoir plus

© Aurore Abdoul-Maninroudine