C’est en effet en cotutelle, sous la double supervision de Cédric Villani et de Luigi Ambrosio (ENS de Pise) que le jeune mathématicien italien a passé son doctorat à l’Ecole normale supérieure de Lyon. En 2007, il est d’ailleurs nommé chargé de recherche au CNRS puis devient professeur au Centre de mathématiques Laurent-Schwartz de l’Ecole polytechnique de Palaiseau.

Dans son interview au Point, le mathématicien évoque sa passion pour les mathématiques et sur les nouveaux enjeux de sa discipline. Mais il revient aussi sur son expérience française, sur sa vision de la recherche dans notre pays et sur l’intérêt réel que la France porte aux mathématiques (et aux mathématiciens).

 « La culture mathématique est beaucoup plus encouragée en France, sans doute parce que la tradition des mathématiques y est très ancienne », déclare ainsi le lauréat. « En France, les mathématiciens sont considérés par la société (…). La politique française fait attention aux mathématiciens, elle est à leur écoute. ». Et le mathématicien de conclure : « On ne peut pas faire avancer la recherche sans tenir compte des chercheurs. Cette ouverture d’esprit est très positive ».

Photo © Tatjana Ruf

Lire l’interview intégrale sur le site du Point