Inscription à la newsletter
s'inscrire / se connecter

Sites pays et partenaires

Membres :
0 200 500 1000 2000 5000 10000+
Actualités
Crédit: © ministère de la culture
Partager sur :

Fête de la musique : plus que jamais jeune et vivante !

19 juin 2023 Affaires
Vue 416 fois

La 41e édition de la Fête de la musique a lieu comme chaque année le 21 juin, de la nuit tombée jusqu'au lendemain matin. Gratuite et ouverte à tous les musiciens, qu’ils soient amateurs ou professionnels, la Fête de la musique est un moment de liberté qui s’adresse à tous les publics pour mettre en valeur tous les genres musicaux en France et dans le monde. Cette fête annuelle est devenue  l’événement culturel français le plus fréquenté de l’année.

Lancée en 1982 par le ministère de la culture français dans l’objectif de « faire descendre dans la rue les cinq millions de Français qui jouaient d’un instrument de musique », la Fête de la musique, plus que jamais jeune et vivante, est célébrée désormais chaque année le 21 juin dans le monde entier. 

Une fête à Paris, féminine et inclusive !

Pour cette édition 2023, le ministère de la Culture a choisi de proposer une programmation inédite au Palais-Royal à Paris. Tout au long de la journée et jusque dans la soirée, « amateurs et professionnels se succéderont dans une ambiance festive sur une scène aménagée dans les jardins du Palais-Royal ».

Comme l’indique le site dédié à la Fête de la musique, « de nombreux styles de musique seront représentés à travers une programmation féminine et inclusive[1], qui couvre musique classique, rap, musique française, musiques du monde ». Plus précisément, à partir de 19h10, les artistes professionnels monteront sur scène, avec une programmation « ouverte à tous les styles et à tous les instruments » : le ProQuartet (groupe européen de musique de chambre), suivi du rap de l’artiste Eesah Yasuke, l’une des « futures grandes du rap français », puis Mentissa, chanteuse d’origine belge qui « transmettra son goût pour la chanson française ».

En dehors de cette manifestation « officielle », une multitude de concerts gratuits sont organisées dans tous les arrondissements, il suffit de marcher un peu pour trouver ! Et c’est la même chose dans toutes les villes d’Ile-de-France.

 

[1] Les concerts seront en effet retransmis en « chansigne », c’et-à-dire en langue des signes, un procédé qui a pour but de rendre des événements artistiques accessibles au public sourd et signant. C’est une « performance complexe, consistant à traduire en direct des œuvres musicales déjà existantes ainsi que l’intégralité des interactions autour de celles-ci ». 

 

Partout sur le territoire et dans les médias

 

C’est d’ailleurs partout en France que la Fête de la musique se décline… sous mille et une façons à la fois régionales et métissées. Dans la région Sud-Est, de l’Isère à la Drôme en passant par les Alpes-Maritimes et le Vaucluse, l’édition 2023 conjugue les types de musique et les origines : dans la Drôme, ce sont les Andes équatoriennes qui chantent, à Avignon, ce sont des chœurs anglais, dans les Alpes-de-Haute-Provence, de nombreux des artistes issus des quatre coins du globe se produisent, dont un collectif venu tout droit de la Nouvelle-Orléans.

Dans le Sud-Ouest, les artistes et les institutions culturelles se mettent au diapason : concerts symphoniques à Bordeaux, des « musicalités sans frontières » en Charente-Maritime, dans les Landes, la Fête de la musique se fait itinérante, à Toulouse, une « programmation tout en poésie » avec des « voix suaves et des musicalités orientales », à Montpellier, des chorales vont se partager quatre univers musicaux : pop, jazz, chanson française et musique classique.

De même, à Lille, Marseille, Nice, Nantes, Strasbourg, Rennes et dans toutes les autres métropoles françaises, grandes ou petites, de nombreuses animations sont à retrouver dans les salles de spectacles, les places, les rues, les bars…

Mais comme l’écrit aussi le ministère de la culture, « même si rien ne vaut de se déplacer » pour assister aux concerts du jour de la Fête de la musique, l’événement est également rediffusé et soutenu par de nombreux médias qui organisent même des concerts et des émissions spéciales pour honorer cette date du 21 juin. : à la télévision (France 2, France 3 et TV5 Monde en particulier), à la radio (RFI, France Inter) et sur le web (Konbini).

 

Un tour du monde en chantant

 

D’abord création purement française, la Fête de la musique a su séduire les publics européens puis ceux de nombreux autres pays du monde. Aujourd’hui, selon le site dédié, ce sont 120 pays et 5 continents qui « font chaque année de cette fête le rendez-vous immanquable des amateurs, musiciens en herbe et autres mélomanes avertis ». Le site propose ainsi un retour en quelques dates clés de cet événement musical à portée internationale :

  • 1985 : au pied de l’Acropole d’Athènes en Grèce, alors première Capitale européenne de la culture, le président de la République française François Mitterrand inaugure la première Fête de la musique hors de France, bientôt suivie par des pays francophones (Belgique) puis d’autres pays européens tels que la République tchèque et la Hongrie ;

  • 1995 : c’est au tour de l’Allemagne d’entrer dans la danse. Munich est la première ville du pays à avoir accueilli l’événement, très vite suivie par Berlin. 1995 est aussi l’année où l’Italie suit le mouvement, avec aujourd’hui plus de 700 villes participantes ;

  • 2007 : la Fête de la musique part à la conquête du monde en débarquant aux Etats-Unis, à New-York, avec le Make Music New York. Aujourd’hui, les sons et mélodies retentissent dans plus de 100 villes du continent nord-américain ;

  • 2008 : Québec fête le 400e anniversaire de la fondation de la ville en organisant pour la première fois la Fête de la musique ;

  • 2010 : c’est au tour du continent africain, avec l’Afrique du Sud, de s’adonner à la Fête, d’abord dans la ville de Port Elizabeth, puis Johannesburg, Pretoria ou encore Durban ;

  • 2012 : la Fête de la musique, renommée Make Music Day, arrive au Royaume-Uni, à Londres mais ne prend une tournure véritablement nationale qu’en 2017 avec près de 150 performances musicales sur l’ensemble du territoire ;

  • 2018 : de l’autre côté du monde, c’est l’Australie qui rejoint la France ave une célébration nationale de la Fête de la musique. Dès 2019, « le succès est tel que 150 événements sont organisés partout sur le territoire ».

Au-delà de ces dates  et lieux symboliques, la Fête de la musique est aussi présente aujourd’hui dans d’autres pays, en Colombie, au Pérou, en Chine, au Kenya…

 

Pour en savoir plus

 

 




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.