Inscription à la newsletter
s'inscrire / se connecter

Sites pays et partenaires

Membres :
0 200 500 1000 2000 5000 10000+
Actualités
Partager sur :

Francophonie : 321 millions de locuteurs français dans le monde

29 avril 2022 Langue française
Vue 555 fois

Fin mars, à l’occasion de la Journée mondiale de la Francophonie, l’Observatoire de la langue française a publié ses nouveaux chiffres qui soulignent une progression continue de la langue française dans le monde depuis 2018. Avec 321 millions de locuteurs, le français est toujours la 5e langue la plus parlée après l’anglais, le chinois, l’hindi et l’espagnol, même si son rythme de croissance se ralentit un peu. Parmi les enseignements de ce rapport, la majorité de ces francophones (62%) résident aujourd’hui en Afrique, soit 2,5 points de plus qu’en 2018, et 93 millions d’élèves et d’étudiants suivent leurs enseignements en français dans le monde.

 

 

L’édition 2022 de La langue française dans le monde s’ouvre par un constat : "On naît de moins en moins francophone, mais on le devient de plus en plus !". Si la majorité des francophones dans le monde ont un usage quotidien de la langue et si la progression du nombre de francophones en Afrique est une constante, la pratique de la langue française n’est pas pour autant "naturelle" : les nouveaux locuteurs pour lesquels le français n’était pas, le plus souvent, la langue première, "se l’approprient sur la base d’autres compétences linguistiques".

 

 

 

Le dynamisme de l’Afrique

 

En quatre ans, on comptabilise 21 millions de personnes supplémentaires qui parlent le français, soit une progression de 7% depuis 2018, pour atteindre le nombre total de 321 millions de locuteurs dans le monde. Cette croissance constatée maintenant depuis plusieurs années "se poursuit donc à bon rythme, même s’il faut noter un léger ralentissement".

Plus précisément, le recueil statistique remarque que 36 pays sont essentiellement concernés par l’expansion de la langue française, puisqu’ils concentrent à eux seuls près de 80 % des francophones du monde. Ils constituent un "ensemble déterminant" pour l’avenir de la langue française et "c’est sur le continent africain que se joue l’avenir de la langue française". L’Afrique représente à elle seule 95 % de l’augmentation constatée et plus de 19 millions des nouveaux francophones résident dans cet espace. Plus finement encore, cette "dynamique africaine" est surtout due aux pays de l’Afrique subsaharienne qui représentent à eux seuls plus de 80% de la croissance francophone de cette zone géographique. Néanmoins, souligne le rapport, "l’avenir de la langue française sur ce continent continue de dépendre de certaines conditions liées en particulier à l’éducation dans les pays du Sud où elle est langue d’enseignement pour près de 75 millions d’élèves et d’étudiants". Outre l’Afrique, en termes de locuteurs francophones, le rapport note que l’Europe arrive en deuxième position, grâce à la France, mais aussi à la Fédération Wallonie-Bruxelles, à la Suisse romande, au Luxembourg et à Monaco, suivies par l’Amérique du Nord, sans oublier Haïti et surtout le Liban "qui domine le paysage scolaire en français de la zone Afrique du Nord–Moyen-Orient".

 

Le français, langue d’enseignement

 

La langue française est en effet la langue de scolarisation dans les systèmes éducatifs de 36 pays, dont 24 se situent dans les zones Afrique-océan Indien et Proche-Orient où le français occupe généralement la fonction de langue d’enseignement, mais aussi de communication entre les populations qui ont "pour langue première une ou plusieurs autres langues, parfois transnationales, sur des territoires qui se caractérisent par une grande diversité linguistique et culturelle".

Ce sont ainsi, au total, 93 millions d’élèves et d’étudiants qui suivent leurs enseignements en français dans le monde, des chiffres en légère progression qui, selon le rapport, "confirment que le français n’a perdu nulle part son statut de langue d’enseignement et que les systèmes éducatifs des pays où le nombre d’enfants se présentant à l’école augmente en accueillent une part croissante". A noter cependant que l’apprentissage du français progresse sur tous les continents sauf en Europe "où les politiques éducatives ne s’ouvrent encore qu’insuffisamment à la diversité linguistique".

 

Un dispositif pour favoriser le multilinguisme

 

C’est cette diversité linguistique que le rapport évoque également dans un autre domaine, quand il déplore "les dangers du monolinguisme dans les organisations internationales" et le "non-respect du multilinguisme".

D’importants déséquilibres sont en effet signalés en faveur de l’anglais au détriment des autres langues officielles ou de travail dans l’ensemble des travaux d’organisations officielles et notamment "dans les processus de recrutement, dans la communication externe et dans les appels d’offre ou à projets". Le multilinguisme se trouve ainsi "battu en brèche" dans la plupart des organisations internationales où "les textes sont produits et circulent essentiellement dans une seule langue", c’est à dire l’anglais.

Aussi, pour "faire reculer le recul du français", la Secrétaire générale de la Francophonie a-t-elle reçu l’appui des 88 États et gouvernements membres de l’OIF et des groupes d’ambassadeurs francophones pour mettre en place un "dispositif de veille, d’alerte et d’action". A ce titre, le rapport enregistre quelques avancées de la langue française, notamment pour les Jeux olympiques et paralympiques où le français est langue officielle, mais aussi à l’ONU et à l’intérieur même de l’Union européenne où "depuis le Brexit, la domination de l’anglais dans les Institutions est ressentie comme d’autant plus injustifiée".

 

La langue du numérique

 

Deux autres secteurs, le numérique et la culture, soulignent également l’importance de la langue française. Côté numérique, le français confirme sa 4e place sur internet. Le français demeure en effet "une langue incontournable dans l’univers numérique", mais "les effets de la fracture numérique pèsent sur sa progression", notamment dans les pays francophones africains. Selon le rapport, la langue française "affiche néanmoins le degré de cyber-mondialisation le plus élevé après l’anglais dont le poids continue de décroître, notamment en raison d’une présence accrue des pays d’Asie et du monde arabe". Et les rapporteurs de prévoir que, "à long terme, la croissance démographique prévue pour l’Afrique va favoriser indirectement la présence du français dans l’internet". 

Côté diffusion de la culture en langue française, le rapport relève que, "malgré leur grande diversité, les contenus et expressions culturels et artistiques de l’espace francophone" sont peu présents sur internet. Notant que l’accès à la culture se fait de plus en plus par le canal du numérique, le rapport regrette le peu de visibilité de productions françaises même si des initiatives en faveur de la diversité voient le jour, comme celles qui sont initiées par TV5 Monde. Le rapport se conclut sur un dernier point plus positif, la littérature et le livre, sous toutes leurs formes, y compris numérique, qui constituent sans conteste, selon les auteurs "l’un des terreaux privilégiés d’épanouissement de la diversité culturelle francophone" et un territoire "très riche et plein de promesses".

 

Pour en savoir plus : 

Présentation du rapport 2022 sur la langue française dans le monde

 

Crédit photo : © Alex Tharreau / OIF

 




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.