Inscription à la newsletter
s'inscrire / se connecter

Sites pays et partenaires

Membres :
0 200 500 1000 2000 5000 10000+
Actualités
Partager sur :
19 mars 2021
Affaires

Le mentorat : un nouvel accompagnement personnalisé pour les jeunes

Vue 203 fois

Pour renforcer le plan "1 jeune, 1 solution"  le Président de la République française a annoncé début mars un nouveau dispositif à destination des jeunes : le programme "1 jeune, 1 mentor". Ce dispositif a pour but de faire bénéficier les jeunes de l’accompagnement personnalisé d’un actif ou d’un retraité, pour l’aider dans sa formation ou sa recherche d’emploi.

 

L’objectif est de faire passer le nombre de mentors de 25 000 actuellement en France à 100 000 en 2021 et à 200 000 en 2022. Car le mentorat, selon le chef de l’Etat, « constitue un réel levier pour lutter contre l'assignation à résidence. Il repose sur la confiance et la solidarité entre un jeune et son mentor et permet de transmettre des savoir-faire, des savoir-être et surtout un savoir-devenir ». 

 

Le mentorat, une solution pour redonner confiance

 

Le mentorat est en effet destiné, selon le site d’information du Gouvernement qui présente le projet, « à redonner confiance aux jeunes et à élargir leurs horizons ». Pour y parvenir, le mentorat « crée des ponts intergénérationnels et des parcours de réussite éducative et professionnelle ». Selon le Collectif Mentorat, qui promeut depuis quelques années ce système de partenariat en France, « la capacité du mentorat à lutter contre les inégalités sociales, éducatives ou territoriales est aujourd’hui largement démontrée ».

Au-delà de ces principes généraux, le site internet de la présidence précise de son côté que le mentorat repose sur quatre objectifs concrets :

- accompagner des jeunes sur le long terme ;

- participer au développement de leur ouverture culturelle ;

- lutter contre l’enclavement dans certaines zones ;

- aider les jeunes à trouver leur voie personnelle et professionnelle.

 

Des mentors volontaires, actifs ou retraités

 

Puisqu’il s'agit de faire bénéficier les jeunes de conseils professionnels d'un mentor, celui-ci, précise le site gouvernemental, pourra être une personne en activité ou un retraité. La mission de cet adulte volontaire consistera à « accompagner des jeunes, parfois dès le début du collège, sur le moyen-long terme, en leur consacrant une à deux heures par mois ».

De nombreuses associations sont déjà « en pointe dans ce domaine », tout comme de grandes entreprises françaises telles que Axa, BNP Paribas, Accenture ou Total.

Pour se donner les moyens d’atteindre ses objectifs, l’Etat va consacrer

un budget de 30 millions d'euros à ce projet, pour l'année 2021, afin de soutenir les associations et les entreprises dans la mise en place du mentorat à plus grande échelle.

 

Un dispositif opérationnel en avril

 

Le Collectif Mentorat, qui fédère les associations dans ce domaine, prépare avec le ministère du Travail la nouvelle plate-forme 1 jeune 1 mentor évoquée par le Président de la République. En avril, souligne la présidence, il sera en effet possible de signaler son intérêt en ligne pour avoir accès à un mentor ou devenir mentor soi-même. Un nouveau module Je bénéficie d’un mentor sera accessible sur la page d’accueil de la plateforme 1jeune1solution.gouv.fr, de telle sorte qu’une mise en relation rapide puisse être réalisée par les associations partenaires du projet. A noter d’ailleurs que, selon le ministère du Travail, le plan 1 jeune, 1 solution, doté de 7 milliards d’euros, devrait permettre en 2021 d’apporter plus de 2 millions de solutions aux jeunes en recherche d’emploi ou de formation.

 

Pour en savoir plus

le site de la présidence de la République

- le site du Gouvernement 

le site du ministère du Travail 

le site du Collectif Mentorat

 

Crédit photo : ©Studio Romantic - stock.adobe.com




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.